Réseaux citoyens de St-Etienne
Accueil Qui sommes-nous Nous contacter Nous aider Plan du site Admin
   
Vous êtes ici : Libertés >
A la une
Agenda
Albums photos
Images à la une
Envoyez la musique !
La France insoumise / Jean-Luc Mélenchon
Nous sommes Grecs
Agroécologie
Agriculture paysanne
AMAP et réseau des AMAP
AMAP-Saint-Etienne
L’avenir du mouvement des AMAP
Les Amap dans la Loire
FAQ - De la ferme au quartier
Collectif Zérogm42
Collectif "nourrir l’humanité"
Maison de la semence
G.R.A.I.N. / Via Campesina
Collectif Liberté Justice Palestine
Chroniques pour la Palestine
Moyen-Orient et monde arabe / Georges Corm
Réseau RESF
Réseau Solidarité Rroms
Egalité des droits / Antiracisme
Une école pour tou(te)s
Survie / Françafrique
Quelle connerie la guerre !
Collectif "personne à la rue !"
Justice sociale / Droits sociaux
Assises droits sociaux
Forum des droits sociaux
Logement
Non au CPE !
Santé
Services publics
Travail / Emploi / Retraite
Portail pour l’accès aux droits sociaux
Le travail social dans la crise
Terrain d’entente
Groupe de réflexion "travail travail !"
Réseau salariat
Ecole / Education populaire
Justice écologique
Collectif Action Climat - CLAC
Sortir du nucléaire
Démocratie
Démocratie participative
Porto Alegre/St-Etienne
Libertés
Europe
Sortir du capitalisme
TAFTA
Changer la mondialisation ?
Forums sociaux
Changer la gauche ?
Gouvernement Hollande-Ayrault-Valls
Gouvernement Sarkozy
Chronique d’une élue citoyenne
Ville de Saint-Etienne
Conseil municipal
Elections municipales 2008
C’est notre histoire
Culture / idées
Les Héroïnes
Libres paroles
Des livres, des films, des sites...
Cafés citoyens au Remue-Méninges
Atelier de philosophie
Université Populaire - Laboratoire Social / Collectif Malgré Tout
Médias
Qui sommes-nous
Réseaux/Associations
2 manifestations aujourd’hui mercredi 16 novembre à Paris. A 14h de la fac de Saint-Denis à Bobigny. A 18h30, rassemblement Place St-Michel à Paris.
mercredi 16 novembre 2005

Sans justice sociale, pas de paix !
Non aux discriminations et à la répression !
Manifestation à 14h de St-Denis à Bobigny.

La révolte des jeunes dans la plupart des quartiers populaires de l’Hexagone depuis plus de deux semaines est révélatrice d’une véritable crise sociale attisée par les politiques répressives et sécuritaires et les discriminations en tout genre.
La mort des deux jeunes de Clichy-sous-Bois ayant voulu échapper à un contrôle policier est une conséquence de l ’escalade sécuritaire développée par le Ministre de l’Intérieur et soutenue par Chirac et le gouvernement :
-  multiplication des contrôles au faciès et des arrestations arbitraires des jeunes des quartiers défavorisés,
-  expulsion de familles d ’immeubles parisiens dits insalubres, sans relogement,
-  “rafles ”et expulsion de sans papiers dans les quartiers populaires (Belleville, Barbès ...).

Cette politique sécuritaire ,à des fins populistes et démagogiques, se double d’une politique anti-sociale : baisse des crédits des associations de quartiers, fin des emplois jeunes, démantèlement des services publics, hausse des loyers des HLM, accentuation de la précarité avec les CNE (contrats nouvelle embauche)...

Face à une situation sociale d’urgence, le Gouvernement et Chirac n’ont comme seule réponse immédiate que la mise en place de l’état d’urgence (loi du 3 avril 1955) pour “museler la contestation sociale” et faire “régner l’ordre public”. 1800 jeunes arrêtés et l’expulsion des jeunes étrangers, voilà les seuls résultats d’une telle politique.

La réponse à cette crise sociale ne passe ni par la répression, ni par la provocation. C’est bien d’une autre politique sociale et économique, en rupture avec les orientations libérales actuelles, que les jeunes et habitants de ces quartiers défavorisés ont besoin.

Par conséquent, nous appelons la jeunesse (jeunes précaires, chômeurs, étudiants, lycéens) à manifester mercredi 16 novembre pour exiger :
-  la vérité sur les circonstances de la mort de Ziad Benna et Bouna Traoré, et que justice soit rendue.
-  l’arrêt des politiques de la criminalisation des populations défavorisées, immigrées et des jeunes des quartiers populaires.
-  L’arrêt des incarcérations en séries, les jugements injustes, expéditifs et arbitraires et des expulsions et reconduites à la frontière.
-  la rétablissement et l’augmentation massive des crédits destinés aux associations de quartiers.
-  l’instauration d’un plan d’urgence pour permettre l’accès à l’éducation, logement, emploi, santé, transports, culture, condition d’une véritable justice sociale.
-  le retrait immédiat de l’état d’urgence, la fin de la logique répressive et de la surenchère policière.

Premiers signataires :
Alternative Libertaire, ATTAC Campus, CEDETIM, CLEPS (Comité lycéen Etudiant Paris Sud), Collectif des Étudiants Étrangers de Paris 8, Collectif Jeunes Chercheurs Contre la Précarité (JCCP), CNT-STE (75, 92, 93) , Droit Au Logement (DAL), Droits Devant, Emancipation Tendance Intersyndicale, IPAM, LDH Fédération 93, MIB, No Pasaran, SUD-Etudiant, Réseau Citoyens Solidaires (RESOCI) 93, Réseau Féministe "ruptures", VAMOS ! ...
Soutien Réseaux citoyens de St-Etienne.

Non au régime d’exception
Pour une urgence sociale
Rassemblement à 18h30, place Saint-Michel à Paris

On ne répond pas à une crise sociale par un régime d’exception. La responsabilité fondamentale de cette crise pèse, en effet, sur les gouvernements qui n’ont pas su ou voulu combattre efficacement les inégalités et discriminations qui se cumulent dans les quartiers de relégation sociale, emprisonnant leurs habitants dans des logiques de ghettoïsation. Elle pèse aussi sur ces gouvernements qui ont mené et sans cesse aggravé des politiques sécuritaires stigmatisant ces mêmes populations comme de nouvelles " classes dangereuses ", tout particulièrement en ce qui concerne la jeunesse des " quartiers ".

Nous n’acceptons pas la reconduction de l’état d’urgence. Recourir à un texte provenant de la guerre d’Algérie à l’égard, souvent, de français descendants d’immigrés, c’est leurs dire qu’ils ne sont toujours pas français. User de la symbolique de l’état d’urgence, c’est réduire des dizaines de milliers de personnes à la catégorie d’ennemis intérieurs. Au-delà, c’est faire peser sur la France tout entière et sur chacun de ses habitants, notamment les étrangers que le gouvernement et le président désignent déjà comme des boucs émissaires, le risque d’atteintes graves aux libertés. Le marquage de zones discriminées par l’état d’urgence n’est pas conciliable avec l’objectif du rétablissement de la paix civile et du dialogue démocratique.

Nous n’acceptons le recours à des procédures judiciaires expéditives voire à une " justice d’abattage " alors qu’en même temps la même justice prend son temps pour élucider les conditions dans lesquelles sont morts Bouna et Zied à Clichy-sous-Bois.

Restaurer la situation dans les " quartiers " et rétablir le calme, c’est d’abord restituer la parole à leurs habitants. Des cahiers de doléance doivent être discutés, ville par ville. C’est ensuite ouvrir une négociation collective pour mettre en œuvre des actions de rétablissement de l’égalité : ceci implique l’adoption d’une véritable loi de programmation et que cessent les mesures de saupoudrage ou pire encore les marques de mépris comme la stigmatisation des familles ou la transformation de l’apprentissage en mesure de relégation scolaire précoce. Une solidarité nationale authentique doit être au rendez-vous de la reconstruction du tissu social dans les banlieues.

C’est, surtout, mettre en œuvre, dans la réalité, une réelle politique nationale de lutte contre les discriminations et pour l’égalité des droits.

Nous affirmons qu’il y a là une véritable urgence nationale : il faut substituer à l’état d’urgence policier un état d’urgence sociale.

Nous appelons à se réunir le mercredi 16 novembre à 18h30, place Saint-Michel à Paris pour dire notre refus de ce régime d’exception et pour exiger une autre politique.

Signataires :
Act Up-Paris, Les Alternatifs, Alternative citoyenne, L’appel des cent pour la paix, ATMF, Association des citoyens originaires de Turquie (ACORT), Association de défense des droits de l’Homme au Maroc (ASDHOM), Association des Tunisiens en France, ATTAC-France, Une Autre voix juive, Cedetim-Ipam, CGT, Comité pour le Respect des Libertés et des Droits de l’Homme en Tunisie (CRLDHT), Coordination Antividéosurveillance d’Ile-de-France, Coordination des collectifs AC !, Droit Au Logement, Droits devant !, Droit Solidarité, FASTI, FCPE, Fédération anarchiste, Fédération SUD-Etudiant, Fédération des Tunisiens pour une Citoyenneté des deux Rives (FTCR), FIDH, FSU, GISTI, LCR, Ligue des droits de l’Homme, Marches européennes, Mouvement des Jeunes Socialistes, Mouvement National des Chômeurs et Précaires (MNCP), Mouvement de la Paix, MRAP, No-vox, Les Oranges, Les Panthères roses, PCF, Rassemblement des associations citoyennes de Turquie (RACORT), Réseaux citoyens de Saint-Etienne, Souriez-Vous-Êtes-Filmé-es !, Syndicat des Avocats de France, Syndicat de la Magistrature, Syndicat National des Médecins de Protection Maternelle et Infantile, UNEF, Union démocratique bretonne (UDB), UNL, UNSA, Union syndicale Solidaires, Union des syndicats parisiens de la CNT (CNT-RP), Vamos !, Les Verts.


Dans la même rubrique :
Ils veulent transformer les travailleurs sociaux en auxiliaires de police.
Un procès à l’Université de Saint-Etienne : 9 étudiants doivent être jugés le lundi 28 septembre à 18h...
La LDH : "Mettre un terme à ce régime d’exception indigne d’une démocratie"


Ban Public : association pour la communication sur les prisons et l’incarcération en Europe
L’appel des intervenants sociaux à la résistance contre la délation organisée.
Conférence-débat avec avec Michel Tubiana de la LDH mercredi 15 mars à l’Université, campus Tréfilerie.


La Commission nationale consultative des droits de l’homme : "l’absolue nécessité de rejeter le projet de loi constitutionnelle de protection de la Nation, atteinte intolérable aux libertés et droits fondamentaux"


Une rencontre "outrage et rébellion" le jeudi 21 octobre à Villeurbanne/Lyon, à l’initiative de la Commission des droits de l’homme des Avocats du barreau de Lyon, du Syndicat de la Magistrature et de l’association Témoins
La lettre du groupe CLARIS : "La loi sur la prévention de la délinquance .. enjeux et effets pervers"
Libertés, dérives policières et sécuritaires : réunion de travail avec la participation d’Agnès Fanget, lundi 17 octobre de 14h30 à 17h30 à l’Amicale laïque du Crêt de Roch



Proposer un article | Nous contacter | Plan du site | Admin | Accueil