Réseaux citoyens de St-Etienne
Accueil Qui sommes-nous Nous contacter Nous aider Plan du site Admin
   
Vous êtes ici : Université Populaire - Laboratoire Social / Collectif Malgré Tout >
A la une
Agenda
Albums photos
Images à la une
Envoyez la musique !
La France insoumise / Jean-Luc Mélenchon
Nous sommes Grecs
Agroécologie
Agriculture paysanne
AMAP et réseau des AMAP
AMAP-Saint-Etienne
L’avenir du mouvement des AMAP
Les Amap dans la Loire
FAQ - De la ferme au quartier
Collectif Zérogm42
Collectif "nourrir l’humanité"
Maison de la semence
G.R.A.I.N. / Via Campesina
Collectif Liberté Justice Palestine
Chroniques pour la Palestine
Moyen-Orient et monde arabe / Georges Corm
Réseau RESF
Réseau Solidarité Rroms
Egalité des droits / Antiracisme
Une école pour tou(te)s
Survie / Françafrique
Quelle connerie la guerre !
Collectif "personne à la rue !"
Justice sociale / Droits sociaux
Assises droits sociaux
Forum des droits sociaux
Logement
Non au CPE !
Santé
Services publics
Travail / Emploi / Retraite
Portail pour l’accès aux droits sociaux
Le travail social dans la crise
Terrain d’entente
Groupe de réflexion "travail travail !"
Réseau salariat
Ecole / Education populaire
Justice écologique
Collectif Action Climat - CLAC
Sortir du nucléaire
Démocratie
Démocratie participative
Porto Alegre/St-Etienne
Libertés
Europe
Sortir du capitalisme
TAFTA
Changer la mondialisation ?
Forums sociaux
Changer la gauche ?
Gouvernement Hollande-Ayrault-Valls
Gouvernement Sarkozy
Chronique d’une élue citoyenne
Ville de Saint-Etienne
Conseil municipal
Elections municipales 2008
C’est notre histoire
Culture / idées
Les Héroïnes
Libres paroles
Des livres, des films, des sites...
Cafés citoyens au Remue-Méninges
Atelier de philosophie
Université Populaire - Laboratoire Social / Collectif Malgré Tout
Médias
Qui sommes-nous
Réseaux/Associations
Miguel Benasayag : « Chavez incarnait une légitimation du désir de justice sociale »


vendredi 8 mars 2013

Philosophie magazine publie ce 8 mars une interview de Miguel Benasayag, après la disparition d’Hugo Chavez...

 En tant que militant de gauche, comment vous situez-vous par rapport à Hugo Chavez ? 

Je suis de la gauche alternative, ni chaviste, ni anti-chaviste. J’appartiens à une lignée qui, suite à la lutte armée contre les dictatures, a lancé une série de mouvements : les sans-terre[1], l’indigénisme[2], etc. Cette gauche de contre-culture a cessé de viser le pouvoir en pariant sur le changement social. Son action repose sur la création de structures de coopération, de récupération d’usines, de distribution par troc... Elle connaît un essor très important après la chute des dictatures sud-américaines, mais elle échoue à proposer une alternative de pouvoir, puisqu’elle en fait une question certes importante, mais secondaire.

 Dans quel contexte la figure de Chavez a-t-elle émergé ? 

Après la chute des dictatures, ce sont les différents gouvernements néolibéraux qui tombent. Mais aucune alternative politique n’existe. Un slogan émerge alors, donnant sens à ce désenchantement : « Que se vayan todos ! » (Qu’ils s’en aillent tous !) Il exprime un dégoût face aux politiciens, de droite comme de gauche. Aucun changement radical n’étant envisageable, le vote se porte alors, par dépit, sur les leaders des partis de gauche, les aspirations étant tout de même plutôt portées vers la démocratie. Des gouvernements se forment au Brésil, en Bolivie, en Argentine, en Équateur, au Pérou, au Paraguay... Parmi eux, Chavez.

 Qui était Chavez ? 

Hugo Chavez, d’abord identifié comme un putschiste nationaliste, se rapproche ensuite d’un populisme de gauche aux accents bonapartistes, que soutiennent des mouvements du centre, voire droitiers. Fort de ces appuis, et dans un contexte de désillusion politique, Chavez tente dans les années 1990 une OPA sur tous les mouvements révolutionnaires en Amérique latine. Il entend se présenter comme Fidel Castro dans les années 70 : un libérateur.
Dans les faits, il agit comme tous les gouvernements sociodémocrates au pouvoir, sans latitude d’action, incapable de réformer les structures économiques et sociales : ceux de Lula au Brésil, de Kirchner en Argentine ou de Mujica en Uruguay.
En ce sens, Chavez était donc tout sauf un dictateur. Comme tous les gouvernements progressistes en Amérique latine, il a respecté les structures sociales et de production du pays, sans les changer de force. Il a également usé d’un atout, le pétrole, qui lui a permis d’exercer une redistribution, faisant effectivement et concrètement diminuer la pauvreté, sans modifier en profondeur le système, voire en l’entretenant. En revanche les gouvernements en Argentine, en Uruguay ou au Brésil, présentent clairement leur action comme relevant du « capitalisme social » tandis que Chavez, démagogue, se présentait comme un libérateur.

La suite est à lire sur le site de Philosophie magazine : http://www.philomag.com


Dans la même rubrique :
"Quelles organisations pour transformer la société ?" : rencontre-débat avec Miguel Benasayag à Lyon vendredi 29 mars


Miguel Benasayag : « Libérer la puissance d’agir des gens »




Proposer un article | Nous contacter | Plan du site | Admin | Accueil