Réseaux citoyens de St-Etienne
Accueil Qui sommes-nous Nous contacter Nous aider Plan du site Admin
   
Vous êtes ici : C’est notre histoire >
A la une
Agenda
Albums photos
Images à la une
Envoyez la musique !
La France insoumise / Jean-Luc Mélenchon
Nous sommes Grecs
Agroécologie
Agriculture paysanne
AMAP et réseau des AMAP
AMAP-Saint-Etienne
L’avenir du mouvement des AMAP
Les Amap dans la Loire
FAQ - De la ferme au quartier
Collectif Zérogm42
Collectif "nourrir l’humanité"
Maison de la semence
G.R.A.I.N. / Via Campesina
Collectif Liberté Justice Palestine
Chroniques pour la Palestine
Moyen-Orient et monde arabe / Georges Corm
Réseau RESF
Réseau Solidarité Rroms
Egalité des droits / Antiracisme
Une école pour tou(te)s
Survie / Françafrique
Quelle connerie la guerre !
Collectif "personne à la rue !"
Justice sociale / Droits sociaux
Assises droits sociaux
Forum des droits sociaux
Logement
Non au CPE !
Santé
Services publics
Travail / Emploi / Retraite
Portail pour l’accès aux droits sociaux
Le travail social dans la crise
Terrain d’entente
Groupe de réflexion "travail travail !"
Réseau salariat
Ecole / Education populaire
Justice écologique
Collectif Action Climat - CLAC
Sortir du nucléaire
Démocratie
Démocratie participative
Porto Alegre/St-Etienne
Libertés
Europe
Sortir du capitalisme
TAFTA
Changer la mondialisation ?
Forums sociaux
Changer la gauche ?
Gouvernement Hollande-Ayrault-Valls
Gouvernement Sarkozy
Chronique d’une élue citoyenne
Ville de Saint-Etienne
Conseil municipal
Elections municipales 2008
C’est notre histoire
Culture / idées
Les Héroïnes
Libres paroles
Des livres, des films, des sites...
Cafés citoyens au Remue-Méninges
Atelier de philosophie
Université Populaire - Laboratoire Social / Collectif Malgré Tout
Médias
Qui sommes-nous
Réseaux/Associations
Il y a 100 ans, le génocide arménien... "hommes, femmes et enfants qui ne voulaient que vivre..."


mardi 10 mai 2016

A lire sur le site LMSI-Les mots sont importants, ce texte que Pierre Tevanian consacre au livre de l’écrivaine et militante turque Pinar Selek :
"Réflexions anti-héroïques à partir d’un grand petit livre de Pinar Selek"
... Où il est question entre autres d’un million et demi de morts, beaucoup sans sépulture, et d’un autre million d’orphelins exilés, de quelques exilés de l’intérieur, de Turquie et d’ailleurs, de 1915 et de 2016, de catastrophe et de tragédie, de victimes et de héros, de survivance et de révolte, de peur et de colère, du mythe sublime et de ses méfaits, de l’humanité ordinaire et de son inaliénable dignité.
"Les murmures des rebuts de l’épée prennent enfin voix et se transforment en cris."...

la suite est à lire à http://lmsi.net/Hommes-femmes-et-enfants-qui-ne




Pierre Tevanian remarque que "le Parlement français n’a reconnu le génocide qu’en 2001 (et sans en mentionner les responsables), ce qui signifie que dans la massive diaspora française, ma génération, les précédentes et la suivante ont grandi dans l’amnésie, le déni et le silence absolus (il a fallu attendre 1980, les attentats de l’ASALA, et la diffusion d’un premier documentaire télévisé en 1981 pour qu’apparaisse l’ombre d’une visibilité publique). Aujourd’hui encore, un siècle après les faits, les programmes scolaires, les lieux de mémoire officiels, la culture de masse, bref l’ensemble des institutions qui construisent la mémoire collective majoritaire, n’accordent qu’une place dérisoire à l’événement et à ses suites. Aucun nom propre, de victime, de survivant, de lieu de déportation ou d’extermination, n’est entré dans la culture commune que promeut l’État français : il n’y a pas - dans ladite culture commune - d’Auschwitz arménien, ni d’Anne Frank arménienne, ni de Primo Lévi arménien... Par ailleurs, on ne croisait, à la Marche du centenaire comme à toutes les précédentes, chaque 24 avril, j’en suis désolé mais c’est ainsi, quasiment que des gueules d’Arméniens. À l’échelle mondiale enfin, le génocide n’a été reconnu, entre 1965 et aujourd’hui, que par une vingtaine de pays, parmi lesquels ne se trouvent ni le gendarme du Monde (les Etats-Unis) ni l’Etat responsable du génocide et de son effacement (la Turquie)."


Dans la même rubrique :
Mémoires de la guerre d’indépendance algérienne. Projection-rencontre "Mémoires Vives" avec Grand Ensemble et le centre social du Babet, vendredi 3 février à 18h, à l’amphithéâtre du lycée Etienne Mimard à St-Etienne


"Une journée portée disparue" : Paris, le 17 octobre 1961. Rassemblement à 15h30 ce dimanche 17 octobre à Lyon.
Marcel Detienne : « L’identité nationale, c’est l’hypertrophie du moi »
Rencontre avec Eric Hazan à la Médiathèque de St-Etienne mardi 22 mars autour de son livre "Une histoire de la Révolution française"
Mémoire. Lettre de Nicolas Sacco à son fils
"Cette guerre et nous" : Mémoires de la guerre d’indépendance Algérienne... Film documentaire de Béatrice Dubell jeudi 10 mars à 20h30 au Méliès


50ème anniversaire de la fin de la guerre d’Algérie... “Déjà le sang de Mai ensemençait Novembre” de René Vautier, avec le témoignage de Kateb Yacine


10-11 novembre 2007 à St-Etienne : la chorale La Barricade chante pour les Martyrs de Vingré



Proposer un article | Nous contacter | Plan du site | Admin | Accueil