Mon site SPIP

Accueil > Réseau RESF > Laissez-les grandir ici !

Laissez-les grandir ici !

Rendez-vous avec Mélissa et sa maman ce jeudi 29 mars à Bizillon

mercredi 28 mars 2007

Sarkozy n’est plus ministre de l’intérieur, mais jusqu’au bout il s’est acharné contre les enfants sans papiers et leurs parents. Et il continue en tant que candidat, et ça continue avec son successeur. Ces gens-là sont dangereux.
La solidarité aussi continue.


A St-Etienne, un rassemblement à l’initiative de RESF a eu lieu jeudi 22 mars pour soutenir Mme Hamitouche et sa fille Mélissa, que le Préfet de la Loire refuse toujours de régulariser.
Pourtant, Mélissa - qui est élève en CM2 à l’école Jules Ferry dans le quartier de Bizillon à St-Etienne - et sa maman ont beaucoup d’amis qui les soutiennent. Elles sont là, venues d’Algérie, depuis janvier 2005. Lors du rassemblement de jeudi dernier, ses copines et copains de classe, des parents, des enseignants, des militants du réseau Education sans frontières ont demandé une nouvelle fois : “donnez-lui des papiers !”...
Un nouveau rendez-vous pour la régularisation de Mélissa et de sa maman aura lieu autour d’un goûter, le jeudi 29 mars à 16 h 30 à l’amicale laïque de Bizillon.



photos de Jérôme Depp

Le lendemain vendredi 23 mars a eu lieu un rassemblement de soutien à la famille Petrovic, devant l’école Gaspard Monge dans le quartier de La Richelandière à St-Etienne.
Famille Rom originaire du Kosovo, la famille Petrovic est arrivée en France en février 2005 fuyant les persécutions qui frappent maintenant les Serbes et les Roms. Elle a demandé le statut de réfugié politique, mais a été déboutée de la demande d’asile suite à des problèmes de procédure. Leur nouvelle demande dans le cadre de la circulaire Sarkozy a été refusée au prétexte qu’ils avaient 20 mois de présence seulement au lieu de 2 ans. Pas de nouvelles du recours...

Les parents Petrovic : Cedomar et Violeta ont 4 enfants et l’ainée Laura, 7 ans et demi, est à Gaspard Monge. Ils s’occupent aussi de leur neveu Ilija, 16 ans, qui est au collège Jules Vallès, et dont le père a été assassiné au Kosovo. 
Ils n’ont plus personne au Kosovo, où leur vie est en danger...



Des rafles à Paris

A Paris, un pas vient d’être franchi dans la chasse aux étrangers. Dans le 19ème arrondissement, des policiers sont venus lundi 19 mars arrêter une femme qui attendait une petite fille à la sortie de l’école Rampal, sans se préoccuper de l’enfant qu’ils laissaient seule derrière eux.
Mardi 20 mars, des policiers ont décidé d’arrêter le grand-père sans papiers de deux enfants scolarisés dans le même quartier. Alors que des militants du RESF et des parents tentaient de s’y opposer, les policiers ont fait usage de gaz lacrymogènes, à deux pas de l’école, à l’heure de la sortie.
La directrice de l’école Rampal, qui s’était interposée, a été placée en garde à vue. Une manifestation de 2 500 personne sa eu lieu quelques jours après dans le quartier. Une autre est prévue ce vendredi, avec journée de grève dans toutes les écoles de Paris à l’appel des syndicats d’enseignants et de parents, en soutien à la directrice.

Dans un message, Valérie Boukobza, directrice de cette école, explique : “Ce que nous avons fait mardi dernier rue Rampal, beaucoup d’autres l’auraient fait de la même manière.
Il ne s’agit là, que du devoir de protection des enfants et de leurs familles et de celui de résistance pacifique à une forme d’oppression.
En ce qui me concerne, mes actes et mes choix de citoyenne ne diffèrent pas en l’occurrence de mes obligations de fonctionnaire et ne se limitent pas aux heures d’ouverture et de fermeture des bâtiments. Tous les parents et les enseignants le savent. Je ne considère pas avoir outrepassé mon devoir de discrétion.
Je me suis présentée aux représentants de la force publique en indiquant ma fonction, dans le but de ramener le calme et la raison dans une situation qui me semblait pouvoir conduire à des débordements impliquant les enfants et leurs familles.
Evidemment je ne regrette rien, et j’attends sereinement les suites de l’enquête en cours.
Je remercie le très grand nombre de citoyens, collègues, parents d’élèves et d’organisations syndicales, politiques, associatives du soutien qui nous est manifesté.
Je continuerai à décliner toute proposition d’intervention publique, de manière à ne pas personnaliser une situation qui depuis son commencement ne l’est pas, et pour permettre dès aujourd’hui un retour à la sérénité dans ma communauté scolaire.”

Les incidents et les interventions et brutalités des forces de l’ordre mises au service du délire sécuritaire du candidat Sarkozy se multiplient.
Il est de la responsabilité de chacun-e d’agir de nous pour mettre fin à cette honte.

A cette adresse, on peut voir une vidéo de l’intervention de la police contre les parents devant l’école Rampal

Et à celle ci, une vidéo sur Fatima, une jeune marocaine de Montluçon, expulsée par Sarkozy

Et beaucoup d’autres informations, jour après jour, sur le site de RESF : http://www.educationsansfrontieres.org/