Mon site SPIP

Accueil > Collectif Zérogm42 > Respectez les engagements pris à l’issue du Grenelle de l’environnement (...)

Stop aux OGM !

Respectez les engagements pris à l’issue du Grenelle de l’environnement !

Grève de la faim à partir du 3 janvier, pétition pour la liberté et le droit de produire et consommer sans OGM

mercredi 19 décembre 2007

On se souvient de Sarkozy annonçant à l’issue du Grenelle la suspension du maïs OGM pesticide Monsanto 810. De Borloo confirmant devant l’Assemblée Nationale l’activation par le gouvernement français - avant le 30 novembre ! - de la “clause de sauvegarde”, auprès de l’Europe, contre le Mon 810 cultivé sur 22 000 hectares en 2007. On se souvient de la synthèse du groupe de travail du Grenelle sur les OGM, demandant une loi qui ferait respecter le droit de produire et de consommer sans OGM. (voir)
Les OGM étaient l’un des domaines où les choses étaient allées le plus loin. "La vérité est que nous avons des doutes sur l’intérêt actuel des OGM pesticides, la vérité est que nous avons des doutes sur le contrôle de la dissémination, la vérité est que nous avons des doutes sur les bénéfices sanitaires et environnementaux des OGM", avait du dire Sarkozy le 25 octobre. Parce que la société française refuse massivement la dissémination des manipulations génétiques dans la nature et que depuis 10 ans de nombreux citoyens, associations et organisations ont permis à des millions de personnes de découvrir de quoi il s’agit.

Certains ont décidé de mettre tout ça au panier.
En profitant de ce que les médias sont passés à autre chose...

- La clause de sauvegarde n’a pas été déposée. Les semenciers et l’industrie chimique savent que cette clause les empêcherait de semer du maïs pesticide en 2008 et ils ont bien l’intention d’en semer et de continuer à polluer en grand pour mettre tout le monde devant le fait accompli.
- Un décret a été pris le 5 décembre par le gouvernement, qui suspend la vente aux agriculteurs et l’utilisation du Monsanto 810 du ... 8 décembre au 9 février !!! C’est une farce, cette interdiction de semer du maïs OGM en plein hiver, c’est à dire au moment où personne ne sème. C’est vraiment prendre les gens pour des imbéciles.
- Le projet de projet de loi sur les OGM est maintenant connu, il passe ce mercredi en Conseil des ministres. Il sera discuté à l’Assemblée Nationale à partir du 8 Janvier pour être voté avant le 9 février 2008 (suspension des travaux de l’Assemblée avant les municipales).

Télécharger le projet de loi sur les OGM

Ce projet de loi est catastrophique, il vise à légaliser la contamination génétique, alors qu’à l’issue du Grenelle, l’Etat s’était engagé à produire une « loi qui repose sur les principes suivants : liberté de choix de produire et de consommer sans OGM ». Guy Kastler, des Amis de la terre, estime qu’avec ce projet de loi, “La liberté de consommer et produire sans OGM est abandonnée au profit de la légalisation de la présence d’un peu d’OGM partout, de l’encouragement à la pollution génétique au delà de ce seuil
en ne facturant aux pollueurs qu’une part infime des préjudices en cas de contamination. Quant à la Haute Autorité des Biotechnologies, elle voit son champ de compétence réduit aux seuls OGM et devient le seul juge du suivi des décisions dont elle est partie ! »

Dans la nature, la coexistence OGM-non OGM est impossible. Ce texte légalise donc à terme la contamination génétique à grande échelle.
- La haute autorité qui est mise en place est carrément vendue aux semenciers. Elle comporte trois représentants directs de l’industrie OGM, dont le manitou des OGM chez Limagrain. C’est ce qui s’appelle être juge et partie. Par contre, la proposition de Guy Kastler a été refusée, et ainsi de suite...

C’est pourquoi les associations les plus engagées pour l’agriculture paysanne et l’environnement ont décidé de se retirer du processus :

- L’Alliance pour la planète (qui réunit 82 associations), vient de quitter la mise en place de la Haute autorité, et n’y reviendra que si le gouvernement active la clause de sauvegarde auprès de l’Europe pour l’année 2008 :
L’Alliance pour la planète quitte le processus de discussion sur les OGM
- Même chose pour la Conf’ Paysanne : La Confédération paysanne suspend sa participation à la Haute Autorité

Voir aussi :
- Greenpeace : Projet de loi OGM : un déni de Grenelle manifeste
- La position de la Confédération Paysanne : OGM : la Confédération paysanne trompée

José Bové et les Faucheurs Volontaires préparent une grève de la faim

Pour exiger que JL Borloo et le gouvernement français activent la clause de sauvegarde interdisant les cultures de Maïs Mon810 en 2008, José Bové a annoncé qu’une grève de la faim allait commencer à Paris le 3 janvier. "Vous pouvez encore prendre cette cause de sauvegarde. Si vous ne le faites pas, on viendra à Paris". "En tant que citoyens, on mène cette action d’interpellation pour amener le gouvernement à la fois à mettre en place ce moratoire, et à inscrire
dans le droit via une loi, le droit de produire et de consommer sans OGM"

A la sortie du Tribunal de Millau où il a été condamné à une amende de 4800 euros (en substitution d’une peine de 4 mois de prison) pour un fauchage en 2004, José Bové a symboliquement déchiré l’arrêté du ministère de l’Agriculture interdisant de semer sur le territoire des plans transgéniques jusqu’au 9 février.
"Cet arrêté est ridicule. C’est une caricature ! Tout le
monde sait qu’on ne sème pas en hiver. Nous exigeons un véritable
moratoire. Il faut que l’année 2008 soit une année sans OGM et c’est pour prouver notre détermination que nous entamerons cette grève de la faim".

Un Appel pour la liberté et le droit de produire et consommer sans OGM

14 organisations viennent de lancer un appel solennel au gouvernement afin que celui-ci respecte les engagements pris devant les français à l’issue du Grenelle de l’environnement et s’engage au respect de la liberté et du droit de produire et consommer sans OGM.

Voir et signer cet appel : www.stop-ogm.org

Les signataires de cet appel constatent que les dernières initiatives du gouvernement sont en contradiction flagrante avec les engagements pris fin octobre :

- au lieu de l’activation de la clause de sauvegarde sur la culture du maïs MON810, c’est un arrêté ministériel non motivé, sans aucun effet et contraire aux règlements européens qui a été pris ;

- au lieu de garantir le droit et la liberté de produire et consommer sans OGM, sa proposition de projet de loi permet d’organiser la contamination génétique généralisée.

C’est pourquoi les personnes et organisations signataires demandent solennellement au gouvernement de tenir les engagements pris devant les Français et de mettre en œuvre les mesures suivantes :

1 - Notification immédiate auprès de la Commission européenne de la clause de sauvegarde sur le maïs MON810 ;

2 - Mise en place de mesures de protection dans le cadre du Projet de loi conformément au large mandat dévolu par l’Union européenne, et respect en particulier des principes suivants :

- primauté d’une agriculture, d’une apiculture et d’une alimentation sans OGM ;

- respect du « sans OGM » en tant qu’absence effective d’OGM ;

- régime de responsabilité strict et sans faute, impliquant l’ensemble des opérateurs de la filière OGM, sur l’ensemble des préjudices directs ou indirects, immédiats ou différés, y compris lorsque la contamination ne vient pas d’un champ voisin et que son origine ne peut être identifiée avec certitude ;

- respect du droit à l’information préalable et à la participation du public et des collectivités territoriales ;

- évaluation indépendante, transparente et pluridisciplinaire des OGM.

3 - Mise en œuvre de négociations concernant l’étiquetage obligatoire des produits d’animaux ayant consommé des OGM et réforme en profondeur des systèmes d’évaluation et d’autorisation européens, au moins équivalents à ceux en vigueur pour les pesticides pendant la Présidence de l’Union européenne par la France en 2008.

Cet appel a vocation à rassembler le plus grand nombre d’organisations et personnalités souhaitant défendre la possibilité de pouvoir continuer à produire et consommer sans OGM.

Il peut être signé sur : www.stop-ogm.org

Au cours des semaines qui viennent, il est nécessaire de prendre partout des initiatives pour faire entendre le refus de la contamination OGM généralisée.

Voir : En janvier-février, caravane zerogm sur les marchés du département. Le 15 décembre, les anti-ogm ont occupé un silo de maïs contaminé dans l’Isère


Voici des outils pour agir :


Télécharger le tract / Appel pour une France sans OGM


Télécharger la pétition pour la liberté et le droit de produire et consommer sans OGM


Télécharger un modèle de lettre à envoyer personnellement aux députés et sénateurs

Messages