Mon site SPIP

Accueil > Collectif "personne à la rue !" > La chasse aux Rroms, aux personnes à la rue, aux demandeurs d’asile, se (...)

Semaine noire à St-Etienne

La chasse aux Rroms, aux personnes à la rue, aux demandeurs d’asile, se déchaîne.

Les familles de l’immeuble de la Perrotière (une quarantaine de personnes dont 21 enfants), réquisitionné par les associations en novembre 2011, ont été jetées à la rue ce matin. Rassemblement sur les marches de l’Hôtel de ville mercredi 17 octobre ("journée mondiale du refus de la misère") à 18h.

mercredi 10 octobre 2012, par Marie-Pierre Vincent

Dernière minute : une réunion d’urgence des associations s’est tenue ce mercredi soir. Plus de 40 personnes étaient présentes. La réunion a décidé plusieurs actions, dont un rassemblement mercredi prochain 17 octobre - "journée mondiale du refus de la misère" - à 18h sur les marches de l’Hôtel de ville de St-Etienne.

(Mercredi 10 octobre) Ce matin l’immeuble de la Perrotière à Terrenoire a été expulsé.
Cet immeuble avait fait l’objet d’une réquisition citoyenne en novembre 2011, avec le soutien de très nombreuses associations.
Des demandeurs d’asile y habitaient, pour pallier au 115 qui n’a jamais aucune place de libre.
Deux des appartements étaient occupés par deux familles roumaines.

Hier matin mardi, c’était une nouvelle évacuation de 130 à 140 rroms roumains qui avaient trouvé refuge depuis jeudi après-midi dans le quartier du Soleil, sur un terrain vague, où ils avaient commencé à construire des cabanes.
Ils avaient auparavant été conduits depuis différents lieux par les forces de police au Parc de Montaud, d’où ils ont été expulsés 2 jours après par les mêmes forces de police. Regroupés place Carnot toute une journée, ils avaient trouvé refuge pour la nuit sur un terrain vague Plaine Achille, d’où ils ont été expulsés le lendemain matin (même les policiers doivent prendre un moment pour dormir). Et avaient alors atterri au Soleil.



Place Carnot, le 3 octobre 2012

Ils ont donc été expulsés du Soleil ce mardi matin. Dans l’ affolement de l’ expulsion, des papiers ont été perdus, ou oubliés. Pour tous ceux-là, c’est la chasse à l’ homme depuis quelques semaines, ils ne peuvent se poser nulle part. Il leur est dit par les policiers qu’ils doivent sortir de St-Etienne, ce sont les ordres de la Mairie et de la Préfecture.
Tous les enfants sont bien évidemment inscrits dans les écoles vu que l’an dernier ils étaient tous scolarisés, la plupart habitaient Chantegrillet pendant l’année scolaire dernière.
Ce groupe erre depuis des jours et des jours, couchant sur des décharges quand la nuit vient et se faisant évacuer le matin par les forces de l’ordre. Et le soir, tout recommence : trouver un lieu où dormir.
Pour la plupart ils étaient repartis en Roumanie pendant les vacances d’été, il est donc très difficile de leur mettre un OQTF. D’ autres ont bénéficié de la prime au retour et puis sont revenus pour la scolarisation des enfants.

Demain, qu’en sera t-il ? Il y a beaucoup d’autres lieux sur St-Etienne où habitent ou co-habitent demandeurs d’ asile et rroms roumains. Certains lieux ont déjà reçu des assignations du tribunal à partir, d’ autres peut être pas encore...

A ce soir, pour réagir tous ensemble

Marie-Pierre Vincent