Mon site SPIP

Accueil > Collectif "personne à la rue !" > Rassemblement "délinquants solidaires" ce jeudi 9 février à 18h, place Jean (...)

Rassemblement "délinquants solidaires" ce jeudi 9 février à 18h, place Jean Jaurès à St-Etienne

mardi 7 février 2017

Dernière minute - 10 février...

Une centaine de personnes a participé au rassemblement place Jean Jaurès, malgré la pluie. Des rassemblements similaires ont eu lieu dans une trentaine de villes en France.

A Nice, l’agriculteur Cedric Herrou condamné à 3.000 euros d’amende avec sursis
Son procès avait eu lieu le 4 janvier. Le verdict vient d’être rendu ce 10 février. Cédric Herrou, 37 ans, agriculteur de la vallée de La Roya, dans les Alpes Maritimes, est condamné à 3.000 euros d’amende avec sursis par le Tribunal correctionnel de Nice. Les juges n’ont retenu qu’une partie des charges contre lui. Le parquet, c’est-à-dire le Procureur de la République, c’est-à-dire au final le ministère de la Justice et le gouvernement avait demandé 8 mois de prison avec sursis, pour quelqu’un qui agit pour que soit respectée la dignité et l’intégrité d’êtres humains en détresse.
C’est ça la réalité de la politique menée aujourd’hui en France : les pressions, menaces et poursuites, le "délit de solidarité" pour celles et ceux qui aident les réfugiés et migrants qui ont échappé à la noyade en Méditerranée, souvent aussi grâce à la solidarité alors même que les autorités publiques européennes mettent des milliards non dans les sauvetages en mer mais dans la construction d’un véritable mur pour refouler les migrants (Voir la soirée avec Sophie Beau de SOS Méditerranée)
Cédric Herrou a déclaré tout de suite qu’il continuerait à être solidaire, "malgré les menaces de l’Etat et du procureur (...) Nous citoyens, on reprend en main une politique défaillante".

Le procureur a fait appel de la relaxe de Pierre-Alain Mannoni
Le 6 janvier, le Tribunal de Nice relaxait Pierre-Alain Mannoni, enseignant chercheur, poursuivi pour avoir emmené dans sa voiture le 18 octobre trois jeunes femmes Érythréennes réfugiées. 36 heures de garde-à-vue.
Relaxé par le Tribunal le 6 janvier. Mais le Procureur a fait appel. Nouveau procès en vue...

Une lettre ouverte du Syndicat de la Magistrature au Procureur de Nice
Les Juges du Syndicat de la Magistrature viennent d’adresser cette lettre au Procureur de la République de Nice.
Plus d’informations : http://www.syndicat-magistrature.org/

Télécharger la lettre du Syndicat de la Magistrature au Procureur de Nice

Procès d’habitants de la vallée de La Roya "coupables" d’être venus en aide à des réfugiés, avec la menace de lourdes sanctions. Mesures d’intimidations, poursuites - et parfois condamnations - de personnes ayant agi en soutien de migrants ou de Roms... On assiste depuis plusieurs mois à la recrudescence de cas où la solidarité est tenue pour un délit !
En même temps que dans de nombreuses villes de France, le collectif "Pour que personne ne dorme à la rue" et ses nombreux soutiens appellent à un nouveau rassemblement de toute "La LOIRE Accueillante et Solidaire" :
Jeudi 9 février à 18h, Place Jean Jaurès à St-Etienne.

L’appel national « Délit Solidarité Fraternité » est en ligne sur les sites de la CIMADE et du GISTI) :

www.lacimade.org

www.gisti.org

Lire aussi : Pour en finir avec le délit de solidarité

Le Collectif "Pour que personne à la rue" se réunira d’autre part ce mercredi 8 février à 17h30, Salle n° 66 à la Bourse du Travail de Saint-Etienne.

Restons solidaires et mobilisés : « Rejeter les migrants, c’est refuser l’avenir ! ».