Mon site SPIP

Accueil > Ville de Saint-Etienne > Saint-Etienne : réunion du Conseil citoyen du budget participatif mercredi (...)

Saint-Etienne : réunion du Conseil citoyen du budget participatif mercredi 30 août

mardi 22 août 2006

La réunion aura lieu à 18 heures, au centre social Espace Loisirs, 28 boulevard de la Palle.
Cette réunion est, comme d’habitude, ouverte à tous. Elle concerne tous ceux qui sont intéressés par cet exercice nouveau de démocratie, tous ceux qui veulent y réfléchir, faire des propositions et participer au travail de construction.

A l’ordre du jour du 30 août :

- le budget municipal de l’éducation. Le conseil citoyen propose de faire un état des lieux, un point sur les besoins et une liste de propositions de changements ;
- la poursuite de l’examen du budget municipal global 2005 et 2006, des différents services municipaux, leurs missions et leurs effectifs ;
- l’étude de ce qui se fait dans d’autres villes, en termes d’affectations budgétaires et de participation citoyenne.

La réunion de début juillet a été marquée par la visite d’Astrid Winkler, étudiante, venue de Londres pour une thèse de sciences politiques sur les villes post-industrielles.

Astrid Winkler mène une étude sur les problèmes et le potentiel de sept villes européennes, parmi lesquelles elle a choisi Saint-Etienne pour illustrer sa recherche. En deux jours de visite, elle a rencontré des responsables institutionnels et l’agence Epures, et elle a tenu à s’entretenir avec des habitants et des associations. Nous lui avons donc fait faire un petit tour en ville et avons répondu à ses questions. Elle reviendra en octobre pour affiner son étude.

Ses deux premières interrogations étaient : comment les habitants de Saint-Etienne perçoivent-ils la transformation de leur ville ? Ont-ils les compétences adaptées à ce changement ?

En bref résumé, voilà des réponses qui lui ont été données pendant la réunion :

Elise : « C’est plus un ressenti qu’une certitude, mais le changement est mal vécu par les Stéphanois. Ils ont l’impression qu’on enterre trop vite leur passé et la forte histoire migratoire de leur ville. Les compétences sont insuffisantes, mais les moyens de formation aussi (il y a des délais d’attente terribles dans les missions locales). »

Mohammed : « Les jeunes issus de l’immigration souffrent du chômage et de la discrimination. Ils sont prêts à acquérir les compétences nécessaires au marché du travail, mais c’est encore plus dur que du temps de leurs parents. »

Léla : « Un travail sur la mémoire urbaine et sociale est un passage obligé pour réussir le vivre-ensemble. Il est déplorable qu’aucun mouvement officiel ne soutienne ce besoin, et ne le réalise, par exemple sous forme d’évènement ou de constante collective. De plus, il n’y a pas ici de volonté politique en faveur de la participation citoyenne. On vit donc un contexte violent : inégalités visibles, absence de démocratie locale, fuite des nantis à l’extérieur de la ville, manque d’espaces de débat des décisions territoriales. A noter aussi : le manque de lisibilité du tissu économique. »

Raymond : « On voit ici comme ailleurs en France des décisions prises par les élus sans concertation avec les habitants ou les usagers, sans connaissance réelle des besoins. A partir du moment où une minorité décide, à partir de shémas préconçus, de l’avenir du grand nombre, ça ne peut pas être adapté. »

En conclusion, le travail d’Astrid peut nous aider à avancer dans notre réflexion sur la démocratie participative à Saint-Etienne, et nous apporter des éléments nouveaux par la connaissance de ce qui ce fait ailleurs. A suivre, donc.

Marie-Anne Sablé

contact : marieanne.sable@aliceadsl.fr

Messages

  • Les élus ont été "élus" par les stephanois.Je ne suis pourtant pas du même bord que l’actuelle majorité municipale mais je suis opposé a cette anarchie ambiante qui consiste a s’opposé a tout.Il faut bien que des décisions soient prises..Si des personnes ne sont pas s’attisfaite, pourquoi ne se présentent t elles pas ?Il est tellement facile de rester au bord de la route et de jeter des cailloux sur la caravane qui passe.

    • Quelques réajustements pour répondre à votre message :
      L’actuelle majorité municipale n’a pas été élue par "tous" les stéphanois. Les autres ont donc droit à la parole.
      Je ne pense pas que l’expérience en cours, que nous appelons conseil citoyen du budget participatif, ait quelque chose à voir avec ce que vous appelez "l’anarchie ambiante". Le conseil citoyen est mû par des propositions concrètes organisées démocratiquement. Il s’appuie sur des théories et expériences vécues par différents groupes dans plusieurs villes. Le conseil citoyen ne s’oppose pas à tout, comme vous le pensez. Il respecte certaines décisions municipales et reconnaît comme progrès de nombreux projets et réalisations. Toutefois, c’est à certaines orientations et priorités budgétaires qu’il a l’intention d’apporter critiques et contributions.
      Certes, et comme vous le dites, il faut bien que des décisions soient prises, mais le conseil citoyen veut qu’elles soient prises en concertation avec les habitants. Il est évident que si des personnes ne sont pas satisfaites, elles se présenteront aux élections, comme par le passé et comme cela se produira encore longtemps. Alors, ne restez pas vous-même au bord de la route à jeter des cailloux sur cette caravane-là !