Mon site SPIP

Accueil > Survie / Françafrique > Elf : la pompe Afrique. Un spectacle de théâtre civique invité à St-Etienne (...)

Elf : la pompe Afrique. Un spectacle de théâtre civique invité à St-Etienne par Survie Loire samedi 30 septembre 2006, à 20h30 à la salle de Tardy.

vendredi 8 septembre 2006

C’est dans le cadre des manifestations "Paradis fiscal, enfer mondial" initiées par Survie Rhône et ATTAC 69, que Survie Loire organise cette soirée et accueille ce spectacle de Nicolas Lambert.
Un spectacle dont le " monde diplomatique " disait en janvier 2006 : "…C’est un procès exceptionnel que le comédien Nicolas Lambert a suivi et mis en scène pour le théâtre… le trait de génie réside dans le fait d’avoir bâti le scénario exclusivement avec les déclarations des juges avocats et prévenus… Elf, la pompe Afrique a triomphé au festival " off " d’Avignon en 2005...

La salle Tardy est 86 rue Vaillant Couturier.

Réservation :
par e-mail à Renaud : hernoderbat@no-log.org
06 26 41 12 55

Places 10 euros en pré vente :
- La Friterie, rue George Dupré.
- Artisans du monde, rue Michel Servet.
- Biocoop le Baraban, Villars.
- Le kiosque, site universitaire Tréfilerie.
- Boll’s Record sous les arcades de l’hôtel de ville.
Places 12 euros sur place.

Nicolas Lambert (Compagnie "Un pas de côté"),
"Elf, la pompe Afrique, lecture d’un procès"

"Le "procès elf"

De fin mars à début juillet 2003 s’est déroulé en public au Palais de
Justice de Paris le procès intenté par la compagnie pétrolière Elf à
trente sept prévenus dont MM. Loïk Le FLOCH-PRIGENT, 57 ans, Alfred SIRVEN
et André TARALLO, 76 ans tous les deux. Ce qui est officiellement jugé ce
sont les abus de biens sociaux commis au détriment de la compagnie
pétrolière pendant les quatre années de la présidence de M. Le
FLOCH-PRIGENT, de 1989 à 1993.
S’il n’est pas physiquement présent dans la salle d’audience c’est bien le
Pouvoir politique qui comparait devant la Justice. Même si ses
représentants officiels, élus, sont absents, l’Etat français doit répondre
ici de son fonctionnement, de ses financements, d’une façon de diriger sa
politique. Les pays d’Afrique apparaissent au fil des audiences comme un
moyen au service de la République. Ce qui semblait n’être qu’une société
d’exploitation d’hydrocarbures se révèle être le bras séculier d’enjeux
occultes au service d’une « certaine idée de la France ».

Sur scène, devant la Justice, cette dimension opaque apparaît en pleine
lumière. Le Président du Tribunal brise le silence qui unit les trois
principaux prévenus. Peu à peu, derrière le procès fait aux hommes, un
autre procès apparaît, celui d’un système, celui d’un Etat.

Pour l’écriture de la pièce, Nicolas Lambert a assisté à l’essentiel des
quatre mois du procès. Les dialogues sont bien les propos qu’ont tenu les
protagonistes du procès.

Pour aller plus loin : http://charlie.noe.free.fr/

Messages