Mon site SPIP

Accueil > Collectif Zérogm42 > Faucheurs Volontaires 69.42 : des nouvelles de la solidarité avec Monique (...)

Faucheurs Volontaires 69.42 : des nouvelles de la solidarité avec Monique Burnichon. Naissance de l’association “Sans Gène”, de soutien aux anti-OGM.

mardi 10 juillet 2007

Dans une info diffusée début juillet, les Faucheurs volontaires 69-42 “saluent la solidarité dont ont fait preuve les citoyens” suite à l’appel lancé pour faire face à la saisie sur salaire de Monique Burnichon (l’une des 15 de Nonette).

(voir le rassemblement de Firminy et l’Appel à la solidarité financière avec Monique Burnichon).
“La stratégie de la justice d’isoler et d’intimider un seul individu en essayant de nier la dimension collective du mouvement de désobéissance civique des faucheurs volontaires a été mise en échec par cette solidarité immédiate, venue des quatre coins de France.
Les fonds excédentaires seront reversés à l’association “sans gène ”.

“Les citoyens doivent continuer à se mobiliser : à l’heure où l’Allemagne
vient d’interdire le maïs MON 810, compte tenu des alertes des premières
analyses, 25.000 hectares (1) de ce maïs viennent d’être semés en France.
L’OGM MON 810 destiné à l’alimentation animale est interdit à
l’alimentation humaine mais on le retrouve dans le miel et le pollen
jusqu’à 1200 mètres avec une contamination de 39%. Or aujourd’hui en
France c’est le pollué qui indemnise le pollueur : un apiculteur
contaminé, qui a porté plainte, a été débouté et condamné à indemniser le
propriétaire du champ d’OGM de la somme de 5.482 euros.
Seule la résistance des citoyens permettra que soit respecté le principe
de précaution inscrit dans la Constitution française, contre l’appétit des
firmes visant à créer un point de non-retour afin de soumettre l’ensemble
des paysans à la dépendance semencière.

RAPPEL : Monique Burnichon avait participé en août 2005 à une action
collective et non violente, visant à dénoncer la dissémination volontaire
de transgènes médicamenteux en Auvergne.
Le groupe Limagrain avait en effet mis en place des essais de maïs OGM
destinés à la production de médicaments, en plein champ, alors que des
alternatives en milieu confiné sont possibles.
Pour dénoncer la contamination irréversible des systèmes agraires
existants et préserver les droits des producteurs et consommateurs, 400
personnes avaient participé à la neutralisation d’une de ces parcelles à
Nonette (63).
A la suite de celle-ci, 15 personnes avaient été mises en garde-à-vue,
traduites en comparution immédiate et 12 d’entre elles condamnés par le
tribunal de Clermont- Ferrand.
Le Tribunal administratif de Clermont Ferrand avait annulé, en avril 2006,
les autorisations d’essais de cultures d’OGM médicamenteux menées dans le
Puy de Dôme.
Malgré cela, le tribunal du Chambon Feugerolles a le 16 avril 2007,
ordonné la saisie sur salaire de Monique Burnichon pour une somme de
6.180,52 euros (dommages et intérêts à verser à la Société Limagrain).”

Le 01 juillet 07

(1) environ 20 000 hectares en fin de compte.

Pour le soutien aux anti-OGM : naissance de Sans Gène

Pour plus d’informations, voir sur le site de Monde solidaire

“La culture d’OGM en plein champ est imposée en force par des lobbies, sans débat démocratique, au mépris des risques sanitaires et environnementaux, de la maîtrise par les paysans de leurs semences, et du droit des peuples à se nourrir comme ils l’entendent.

Les premiers fauchages datent de dix ans. Les Faucheurs volontaires (6 000 à l’heure actuelle) ont choisi la désobéissance civique, en complément des autres actions anti-OGM (information des citoyens-consommateurs, des élus...). Ils agissent de façon non violente, en plein jour et à visage découvert, ce qui entraîne la multiplication des procès.

Deux tribunaux (à Versailles et à Orléans) ont reconnu l’état de nécessité et ont relaxé les faucheurs, puisque ceux-ci agissaient pour protéger l’environnement, conformément au principe de précaution qui figure dans la Constitution. Mais d’autres tribunaux, et les procédures d’appel, sous la pression de consignes gouvernementales de sévérité en la matière, ont prononcé de lourdes peines pour les faucheurs. José Bové est dans l’attente d’une décision du juge d’application des peines sur son incarcération, et plusieurs faucheurs ont d’ores et déjà été condamnés à de forts dommages et intérêts.

Pour faire face à cette répression financière, et pour permettre à ceux, nombreux, qui soutiennent les actions anti-OGM sans y participer directement, de s’impliquer concrètement, une association vient de se créer : « Sans Gène ». Elle récolte des dons (pour moitié déductibles des impôts) destinés à venir en aide à des faucheurs, dont certains risquent de perdre leur logement !

Envoyez votre participation à :
Sans Gène, CASC, 10 bis rue du Colonel-Driant, 31400 Toulouse
Titulaire du compte : SANS GENE
Domiciliation : CREDITCOOP TOULOUSE
RIB : 42559 00021 41020002203 80
IBAN : FR76 4255 9000 2141 0200 0220 380
BIC : CCOPFRPPXXX

Le site web de Sans-Gène : http://www.sans-gene.org