Mon site SPIP

Accueil > C’est notre histoire > 10-11 novembre 2007 à St-Etienne : la chorale La Barricade chante pour les (...)

10-11 novembre 2007 à St-Etienne : la chorale La Barricade chante pour les Martyrs de Vingré

vendredi 9 novembre 2007

En fait, ce sont 4 chorales qui se réunissent à St-Etienne ce week-end, “A l’heure où il redevient tendance de ressortir l’esprit patriotique des charniers de l’histoire”, pour “que ce 11 novembre 2007 soit celui du souvenir des éternelles aberrations guerrières” : la chorale stéphanoise La Barricade et trois autres chorales de Nancy, Grenoble et Charlieu.
Elles donneront 3 concerts :
- Samedi 10 à 11h au marché A. Thomas,
- samedi à 17h à l’amicale de Tardy
- dimanche à 11 h rue des martyrs de Vingré

Les "Martyrs de Vingré"
“L’affaire se déroule à Vingré, le 27 novembre 1914 vers 17 heures. Alors qu’ils prenaient leurs repas dans une tranchée en première ligne après un violent bombardement de deux heures, les hommes du 298e R.I. de Roanne furent surpris par une attaque allemande. Dans la confusion de la mêlée, vingt-quatre soldats français parvinrent à fausser compagnie à l’ennemi. A l’issue d’une méprise terrible, ces soldats furent plus tard accusés de désertion et d’abandon de poste devant l’ennemi. À titre "d’exemple", six d’entre eux devaient être injustement fusillés : les soldats Floch, Durantet, Blanchard, Gay, Pettelet et Quinault (ou Quinaud). C’étaient les "Martyrs de Vingré". Nous remémorons leur histoire en chantant, entre autres,

« la chanson de Craonne »

Quand au bout de huit jours le repos terminé
On va reprendre les tranchées
Notre place est si utile
Que sans nous on prend la pile
Mais c’est fini on en a assez
Personne ne veut plus marcher
Et le cœur bien gros comm’ dans un sanglot
On dit adieu aux civelots
Même sans tambours, même sans trompette
On s’en va là-haut, en baissant la tête.

Adieu la vie, adieu l’amour
Adieu toutes les femmes
C’est bien fini, c’est pour toujours
De cette guerre infâme
C’est à Craonne, sur le plateau
Qu’on doit laisser sa peau,
Car nous sommes tous condamnés
Nous sommes les sacrifiés…”

Rejoignons-les !
Pour la rue des Martyrs de Vingré, le RDV est à l’angle de l’avenue de la Libération et de la rue des Martyrs.


La Barricade, rue des Martyrs de Vingré, 11 novembre 2007 - photo MP Vincent

Et puis puisqu’on en parle, on peut ré-écouter ‘Tu n’en reviendras pas” d’Aragon/Ferré à cette adresse :

http://www.dailymotion.com/video/xuhtk_leo-ferre-tu-nen-reviendras-pas


Léo Ferré - Tu n'en reviendras pas par Quarouble

Messages

  • La chanson de Craonne

    Chanson anonyme de 1917

    Quand au bout d’huit jours, le r’pos terminé,
    On va r’prendre les tranchées,
    Notre place est si utile
    Que sans nous on prend la pile.
    Mais c’est bien fini, on en a assez,
    Personn’ ne veut plus marcher,
    Et le coeur bien gros, comm’ dans un sanglot
    On dit adieu aux civ’lots.
    Même sans tambour, même sans trompette,
    On s’en va là haut en baissant la tête.

    Refrain :

    Adieu la vie, adieu l’amour,
    Adieu toutes les femmes.
    C’est bien fini, c’est pour toujours,
    De cette guerre infâme.
    C’est à Craonne, sur le plateau,
    Qu’on doit laisser sa peau
    Car nous sommes tous condamnés
    C’est nous les sacrifiés !

    Huit jours de tranchées, huit jours de souffrance,
    Pourtant on a l’espérance
    Que ce soir viendra la r’lève
    Que nous attendons sans trêve.
    Soudain, dans la nuit et dans le silence,
    On voit quelqu’un qui s’avance,
    C’est un officier de chasseurs à pied,
    Qui vient pour nous remplacer.
    Doucement dans l’ombre, sous la pluie qui tombe
    Les petits chasseurs vont chercher leurs tombes.

    Refrain

    C’est malheureux d’voir sur les grands boul’vards
    Tous ces gros qui font leur foire ;
    Si pour eux la vie est rose,
    Pour nous c’est pas la mêm’ chose.
    Au lieu de s’cacher, tous ces embusqués,
    F’raient mieux d’monter aux tranchées
    Pour défendr’ leurs biens, car nous n’avons rien,
    Nous autr’s, les pauvr’s purotins.
    Tous les camarades sont enterrés là,
    Pour défendr’ les biens de ces messieurs-là.

    Refrain

    Ceux qu’ont l’pognon, ceux-là r’viendront,
    Car c’est pour eux qu’on crève.
    Mais c’est fini, car les trouffions
    Vont tous se mettre en grève.
    Ce s’ra votre tour, messieurs les gros,
    De monter sur l’plateau,
    Car si vous voulez la guerre,
    Payez-la de votre peau !