Mon site SPIP

Accueil > Collectif Action Climat - CLAC > Conférence sur le climat de Copenhague en décembre 2009 : l’appel de José Bové (...)

Conférence sur le climat de Copenhague en décembre 2009 : l’appel de José Bové à une intervention des sociétés civiles

lundi 24 août 2009

La conférence sur le climat, celle qui doit déboucher sur un accord qui prendra la suite du protocole de Kyoto et concernera les années 2013-2017, se tiendra à Copenhague sur deux semaines, du 7 au 18 décembre 2009.
Les décisions qui en sortiront seront capitales pour affronter ou non le réchauffement climatique, d’ores et déjà prévu entre 2 et 6,4° pour ce siècle.

Sur le site “Reporterre” de Hervé Kempf, on peut écouter une courte interview de José Bové, député européen Europe Ecologie, dans laquelle il explique son appel à ce que, dans tous les pays, la société civile prépare ce rendez-vous mondial :

Ecouter l’interview : http://www.reporterre.net

C’est “une réunion très importante pour notre avenir”, explique José Bové : “il faut réduire dans les 10 ans de 50% les émissions de CO2 notamment (...) C’est une conversion radicale de l’économie qu’il faut mettre en place” (...) “Les Etats vont être présents, les scientifiques vont être présents, le Parlement... Mais ça ne va pas suffire (...) donc moi je propose que les citoyens aussi soient là. Pour faire pression, pour dire ça suffit ... on demande qu’on prenne en compte les générations futures, et l’avenir de cette planète”.

José Bové rappelle ce qui s’était passé à Seattle en 1999, et les conséquences mondiales de cette mobilisation de dizaines de milliers de personnes pour “encercler l’OMC (...) il faut faire la même chose à Copenhague”. Cette fois, il ne s’agit pas d’empêcher la réunion de se tenir, mais tout au contraire de dire avec force : “la réunion doit aboutir... Ne sortez pas avant que la solution pour réduire le réchauffement climatique ne soit trouvée (...) C’est un soutien citoyen à la négociation qu’on veut mettre en place, pour qu’on évite que les lobbies industriels, une fois de plus, créent la catastrophe...”