Mon site SPIP

Accueil > Collectif "personne à la rue !" > Encore des familles avec enfants à la rue. Le collectif "que personne ne (...)

Encore des familles avec enfants à la rue. Le collectif "que personne ne dorme à la rue" appelle à se rassembler ce mardi soir 20 avril à 18h devant la Préfecture

mardi 20 avril 2010

(mercredi matin 21 avril) -
18 personnes - 3 familles du Kosovo arrivées il y a une dizaine de jours et un jeune couple d’albanais arrivé depuis 3 semaines ont trouvé refuge ce mardi soir à La Maison de l’Avenir à Solaure (salles de réunions appartenant au Diocèse). Deux militants du collectif "personne à la rue" sont restés avec elles cette nuit...
Avant de quitter la place Jean Jaurès vers 20 h 30 nous avons appelé une dernière fois le 115 qui a répondu par la négative malgré le très
jeune âge de plusieurs enfants.
Nous avons demandé une entrevue à la préfecture : on nous
a répondu d’écrire une lettre.
Et demain où dormiront-ils ? l’Etat doit prendre
ses responsabilités,les conditions d’accueil ne sont pas assurées.
Pour ce jeune couple arrivé à St.Etienne depuis près d’un mois un référé liberté va être déposé...

Au fil des jours, on comprend mieux un des sens de ce qu’avait dit M. Lime, directeur du cabinet du préfet de la Loire lors de l’entrevue du 2 avril avec une délégation des associations (voir). : "nous ne voulons pas entrer dans la cogestion avec les associations". Concrètement, ça semble bien vouloir dire aussi : démerdez-vous. L’Etat n’assume pas ses responsabilités, même quand la loi l’y oblige...
---

Le collectif “pour que personne ne dorme à la rue”, qui réunit des personnes et des associations, donne rendez-vous ce soir à 18h devant la Préfecture pour demander à celle-ci de faire face à ses responsabilités :
"Depuis plusieurs jours, les associations du collectif « que personne
ne dorme à la rue » ont dû palier les défaillances des services de la
préfecture et trouver des solutions d’hébergement pour des demandeurs
d’asile.
Le 115 ne propose aucune solution malgré de multiples
sollicitations. Ce sont plusieurs familles avec de jeunes enfants qui
sans notre soutien militant se seraient trouvées à la rue.
Cette situation n’est pas acceptable et cela ne peut plus durer. Il n’est pas concevable que le Préfet soit incapable de trouver de des réponses adaptées. Il est de sa responsabilité d’héberger ces nouveaux
arrivants et en tout état de cause d’assurer leur sécurité.
Le collectif « que personne ne dorme à la rue » appelle à un
rassemblement ce mardi 20 avril à 18h devant la préfecture de la Loire. Il exige dès à
présent que des solutions d’hébergement d’urgence soient trouvées.”

C’est que cette dernière semaine, la Préfecture de la Loire a ni plus ni moins abandonné des familles avec enfants à la rue. Ces derniers jours, trois familles demandeurs d’asile kosovares se sont retrouvées sur le trottoir et ont été logées en urgence par des associations. L’AEC - Assemblée européenne des citoyens - a par exemple payé des chambres d’hôtel, et une militante du collectif a hébergé une famille avec des enfants...
Ce sont surtout des familles réfugiées kosovares qui se retrouvent sans rien. Par exemple une famille de 6 personnes, avec 3 enfants de 7 ans, 5 ans et 1 an - et ce bébé à un problème cardiaque, - les parents, et une grand-mère. Le 115 a refusé de les loger dans les algécos qui se libéraient à Chantegrillet. Algécos qui ont été fermés vendredi soir après que les familles qui y étaient aient été dirigées vers différents lieux d’hébergement. Il y a eu aussi deux autres familles soit 4 adultes et 6 enfants qui se sont retrouvées sans rien...

Pour ces familles, pas de réponse du 115 ou du préfet qui a pourtant obligation légale de les loger. Est-ce que le préfet de la Loire mise sur le découragement ?
En fin de semaine, le directeur de cabinet du Préfet M. Lime a finalement reçu des responsables de trois associations du collectif : Marc Faurand de la F.C.P.E, Liliane Boghossian de La Passerelle et Agnès Mounier de R.E.S.F. Dernière justification en date : le directeur de cabinet a affirmé que tant que les familles n’ont pas déposé leur dossier de demande d’asile, la préfecture n’est pas tenue de loger les nouveaux arrivants. Un dépôt de dossier de demande d’asile qui doit se faire maintenant à la préfecture du Rhône, soit dit en passant... Mais il apparaît que la jurisprudence établit que l’obligation d’hébergement commence à partir du 1er contact en Préfecture.

Pour demander que les autorités assument leurs obligations légales et mettent en sécurité ces familles et ces enfants, rendez-vous ce soir à 18h devant la Préfecture.

Contacts pour le collectif "personne à la rue" :
Liliane Boghossian : liliane.boghossian@orange.fr
Agnès Mounier : magnes12@free.fr
Loic Faurand : loicximbo42@hotmail.com