Mon site SPIP

Accueil > Forums sociaux > Forum Social des Pays de Coise vendredi 2 mars à St-Galmier. Dans le (...)

Forum Social des Pays de Coise vendredi 2 mars à St-Galmier. Dans le programme : projection-débat « Le profit et rien d’ autre » de Raoul Peck (Haïti) et Conférence-débat avec Maxime Combes

mercredi 22 février 2012

Le deuxième Forum Social Local des pays de Coise aura lieu le vendredi 2 mars 2012 à l’hippodrome de St Galmier.
Il s’inscrit dans le mouvement international qui proclame avec certitude depuis 10 ans qu’une alternative à la crise sans précédent du capitalisme est possible. Ce mouvement populaire mondial promeut une société planétaire axée sur l’être humain et non sur l’aveuglement d’un modèle sans avenir.

En 2012 le Forum Social Mondial s’est rassemblé du 24 aux 29 janviers au Brésil à Porto Alègre. Il rejoindra en juin prochain le sommet des peuples de Rio de Janeiro. Le thème retenu cette année est la crise du capitalisme - justice sociale et environnementale.

Ce thème est repris par le Forum social local des pays de Coise

Il faut se souvenir de ce qu’est le Forum Social Mondial. Il se caractérise par sa pluralité et sa diversité. Il est ni partisan, ni confessionnel, ni politique - au sens habituellement compris du terme - mais il est devenu, depuis dix ans maintenant, un espace de débat démocratique d’idées et d’approfondissements de la réflexion. Il revêt des formes multiples de propositions. Lieu d’échanges d’expériences, articulation de mouvements sociaux. Les ONG et autres organisations engagées - tant au niveau local qu’international - proposent des actions concrètes de construction d’un autre monde, d’une autre réalité...
Cependant, la mosaïque de ces forces n’est pas une association planétaire globale. Elle ne prétend pas non plus incarner une instance représentative de la société civile mondiale, mais elle s’oppose à la domination du monde par le capital en dénonçant toutes les autres formes d’impérialisme.

Programme de la journée du vendredi 2 mars 2012 à l’hippodrome de St-GALMIER

- 14h : Deux ateliers en alternance et exposition de travaux d’élèves CM1/CM2
autour du thème « assiette pleine/assiette vide »
Projection du fim Los Heréderos dans deux salles (2X2 classes) : 14h-14h45 et 15h – 15h45.
Film sur le travail des enfants au Mexique 45 mn + 20 mn de discussion - Animation

- 17 heures 30 : Projection du Film Los Herederos pour adultes (version longue)
Film sur le travail des enfants au Mexique 45 mn + débat.

- Goûter : gâteaux/boisson (Badoit)

- 18h30 : Stands des Associations temps de présentation, visites et questions :
Terre partagée – L’eau, Un bien commun – AMAP de la Coise - GRAINES, ASAM, Maison de la semence.
Terre partagée : Création d’une cantine au Burkina Faso par Yves Berger André Greff - reportage photos sur la cantine.

- 19h15 : repas

- 20 Heures : Projection d’un documentaire « Le profit et rien d’ autre » de Raoul Peck
Avec conférence et débat animé par Maxime Combes (ATTAC)

Maxime Combes (économiste, ATTAC) fondateur de « justice et climat » mettra en évidence le « caché » des rapports de force au sein des mécanismes économiques qui ont suscité tant de crises durant 4 siècles de capitalisme.

Le blog de Maxime Combes

Et aussi : http://alter-echos.org

Ce que dit le film : et comment va le monde vu de Port-à-Piment, petite ville d’Haïti, aujourd’hui réduite à la ruine et à la décomposition sociale ?
Partant de l’hypothèse généralement acceptée que « la quête du profit mène le monde », Raoul Peck explore les conséquences que ce paradigme génère sur les rapports humains. Il pose une série de questions sur lesquelles se construit un film polyphonique où se jouent en contrepoint, scènes de vie, entretiens, rencontre avec des économistes, archives, graphiques, micro trottoirs filmés en Haïti et aux quatre coins du monde. Soutenu par la parole engagée du réalisateur, le film relie une approche « macro » - celle de la grande spéculation des organisations monétaires internationales et spécialistes de l’économie – à une approche micro - celle des pêcheurs et des paysans de Port-à-Piment qui réinventent dans le troc de nouveaux systèmes d’échanges. Marqué par le totalitarisme de Duvalier, Haïti représente ici le Tiers-Monde paralysé par la misère et la violence, où le bonheur est un surplus. Il parle aussi de cet autre totalitarisme : celui des financiers qui distribuent aujourd’hui des notes absurdes et asservissent les peuples.