Mon site SPIP

Accueil > Collectif Zérogm42 > Face à l’imposition des OGM : la désobéissance civile. La Confédération (...)

Face à l’imposition des OGM : la désobéissance civile. La Confédération paysanne publie un argumentaire (à télécharger) pour une agriculture sans OGM.

lundi 26 juillet 2004

La Confédération paysanne "refuse les OGM en agriculture. Cette technologie est utilisée à seule fin de profits financiers par quelques firmes semencières et phyto-sanitaires transnationales. Cette guerre commerciale se déroule au mépris, non seulement des paysans, mais aussi des consommateurs, de l’environnement et de la santé, au mépris de tout principe de précaution."

La Commission européenne passe en force sur les OGM. "En mai dernier, l’Union européenne avait levé le moratoire européen de 1999 et autorisé la commercialisation du maïs doux BT 11. Deux mois plus tard, c’est l’accélération, le commerce à tout prix : le 19 juillet, en l’absence d’accord des gouvernements de l’Union, la Commission européenne a autorisé la commercialisation d’un nouveau maïs transgénique, le NK 603 de Monsanto - autorisation donnée pour la consommation animale. Dans quelques semaines, la Commission examinera le volet « consommation humaine » de ce maïs."
Le gouvernement français, a voté à Bruxelles pour l’autorisation du maïs NK 603 alors que plusieurs Etats membres ont, eux, le courage de s’opposer ! Dans une circulaire aux parquets (datée du 4 juin), le Garde des Sceaux Dominique Perben a ordonné aux procureurs des réponses « exemplaires » aux actions anti-OGM. 

La Confédération paysanne "dénonce la mainmise visible des lobbies agro-industriels et financiers sur les procédures de décision, tant européennes que nationales. La Confédération paysanne invite les citoyens à réagir avec détermination pour refuser les OGM dans les champs, les assiettes et les estomacs (...) Quand tous les moyens légaux sont épuisés, il ne reste que la désobéissance civile pour faire valoir la volonté des citoyens à vivre dans un environnement sain, le respect de la biodiversité et le droit des paysans à refuser les OGM et à utiliser leurs propres semences sans risque de contamination."

La Confédération paysanne a réalisé un argumentaire argumentaire pour une agriculture sans OGM. Sous la forme d’un quatre pages, il reprend les principaux arguments concernant l’environnement, la responsabilité des multinationales, les risques pour la santé humaine...

On peut le télécharger à cette adresse :
Argumentaire de la Confédération paysanne sur les OGM (4 février 2004)
_ (PDF, 445.2 ko)

Autre information : une association : "Les amis de la Conf" vient d’être mise en place. Pour plus de renseignements

Messages

  • communiqué de la Confédération paysanne / 6 août 2004 :
    Arrêté contre les OGM dans les communes : Victoire de la démocratie locale. 

    "Le 3 août à l’audience en référé du Tribunal Administratif de Toulouse l’Etat contestait la légalité de l’arrêté « préventif » pris le 18 mai dernier par Philippe Bedel, maire de Bax en Haute-Garonne pour s’opposer aux cultures d’OGM sur sa commune.

    Dès le lendemain, le Président du tribunal a donné raison au maire de Bax reconnaissant ainsi la compétence du maire et insistant sur les dangers que pouvaient représenter la coexistence de cultures OGM et de cultures biologiques ou conventionnelle sur un territoire donné.

    Cette décision reconnaît ainsi sur le fond le droit du maire à protéger sa population améliorant les jurisprudences déjà existantes ( Coings (36) et Mouchan (32)).

    La Confédération paysanne se félicite de la décision de la juridiction administrative qui renforce et confirme l’intérêt de la campagne « pas d’OGM dans ma commune » lancée avec de nombreux partenaires depuis plus de deux ans.

    La CP appelle tous les maires, même en l’absence d’Ogm sur leur commune, à engager la discussion et l’action avec la population et leur conseil pour prendre des arrêtés similaires et amplifier ainsi la réponse démocratique des élus communaux en rejoignant également l’association des maires opposés aux OGM en cours de constitution.

    Cette forme de débat est nécessaire en raison de la surdité du gouvernement et des parlementaires face à l’opposition de la société.

    Les maires peuvent, pour cela, trouver appui auprès de nombreux Conseil Généraux et des 13 Régions ayant adopté des vœux contre les OGM, la Franche - Comté ayant voté récemment un vœu similaire. Ils peuvent aussi s’appuyer sur les réseaux associatifs et sur notre syndicat.

    Après les premières convocations de G Onesta et N Mamère, le 16 septembre prochain devant le tribunal de Toulouse, la Confédération Paysanne réaffirme la nécessité de la mobilisation citoyenne et la soutiendra sous ses différents formes dans les jours à venir."