Réseaux citoyens de St-Etienne
Accueil Qui sommes-nous Nous contacter Nous aider Plan du site Admin
   
Vous êtes ici : Collectif Liberté Justice Palestine > Rencontre autour du film “Rond-point Chatila”, en présence du réalisateur libanais Maher Abi-Samra
A la une
Agenda
Albums photos
Images à la une
Envoyez la musique !
La France insoumise / Jean-Luc Mélenchon
Nous sommes Grecs
Agroécologie
Agriculture paysanne
AMAP et réseau des AMAP
AMAP-Saint-Etienne
L’avenir du mouvement des AMAP
Les Amap dans la Loire
FAQ - De la ferme au quartier
Collectif Zérogm42
Collectif "nourrir l’humanité"
Maison de la semence
G.R.A.I.N. / Via Campesina
Collectif Liberté Justice Palestine
Chroniques pour la Palestine
Moyen-Orient et monde arabe / Georges Corm
Réseau RESF
Réseau Solidarité Rroms
Egalité des droits / Antiracisme
Une école pour tou(te)s
Survie / Françafrique
Quelle connerie la guerre !
Collectif "personne à la rue !"
Justice sociale / Droits sociaux
Assises droits sociaux
Forum des droits sociaux
Logement
Non au CPE !
Santé
Services publics
Travail / Emploi / Retraite
Portail pour l’accès aux droits sociaux
Le travail social dans la crise
Terrain d’entente
Groupe de réflexion "travail travail !"
Réseau salariat
Ecole / Education populaire
Justice écologique
Collectif Action Climat - CLAC
Sortir du nucléaire
Démocratie
Démocratie participative
Porto Alegre/St-Etienne
Libertés
Europe
Sortir du capitalisme
TAFTA
Changer la mondialisation ?
Forums sociaux
Changer la gauche ?
Gouvernement Hollande-Ayrault-Valls
Gouvernement Sarkozy
Chronique d’une élue citoyenne
Ville de Saint-Etienne
Conseil municipal
Elections municipales 2008
C’est notre histoire
Culture / idées
Les Héroïnes
Libres paroles
Des livres, des films, des sites...
Cafés citoyens au Remue-Méninges
Atelier de philosophie
Université Populaire - Laboratoire Social / Collectif Malgré Tout
Médias
Qui sommes-nous
Réseaux/Associations
COLLECTIF LIBERTÉ JUSTICE PALESTINE - CYCLE PALESTINE-ISRAËL
Rencontre autour du film “Rond-point Chatila”, en présence du réalisateur libanais Maher Abi-Samra
Mardi 28 février 2012 à 20h au cinéma Le France
dimanche 26 février 2012


Chatila, à Beyrouth : le lieu évoque les massacres et les morts. En septembre 1982, l’armée israélienne envahit le Liban, l’OLP-Organisation de Libération de la Palestine, est obligée de quitter le Liban. Des milices libanaises d’extrême droite, soutenues par les israéliens, commettent des massacres dans les camps de réfugiés palestiniens de Sabra et Chatila, à Beyrouth faisant des milliers de morts, hommes, femmes, enfants...

Mais ce film s’intéresse aux vivants, à celles et ceux qui vivent depuis et aujourd’hui à Chatila, dans ce camp de 1 km de long et 600 mètres de large, créé en 1949 par l’UNWRA (office de l’ONU pour les réfugiés de la Palestine), pour accueillir les réfugiés palestiniens en attente de leur droit au retour en Palestine. 63 ans après, les réfugiés et leurs descendants sont toujours là. Après 1982, une autre époque a commencé, avec encore des massacres mais surtout une vie de prisonniers, au fond.
Les Palestiniens des camps du Liban sont interdits de travailler, interdits de vie sociale, économique, politique. Et en 2002 a même été votée une loi pour leur interdire le droit de propriété. Ceci au nom du “droit au retour” et aussi au nom de "l’équilibre entre les communautés" libanaises.


Aujourd’hui, les survivants des massacres et leurs enfants résistent en survivant. Le film montre “des fragments de vie saisis dans un espace délimité : les 150 mètres de la rue principale du camp, ainsi que le premier étage de l’hôpital de Ghaza. Il y a l’attente, la cause à défendre, le retour des réfugiés et la révolution. Les personnages racontent des bribes de leur histoire dans le camp. Le film creuse dans le présent et la vie quotidienne de ces personnages. A Chatila le temps est suspendu et ces personnage se figent dans le vide ; ils n’ont plus rien à attendre"...
Quelqu’un parle du camp comme d’une prison, d’un endroit où l’on tue le temps...

A travers la vie dans ce camp, c’est de la situation des réfugiés Palestiniens dans tous les camps de réfugiés qu’il est aussi question. Avec derrière tout ça, le problème de la région : l’Etat colonial qu’est Israël.
Quelles solutions Maher Abi-Samra voit-il pour ce drame qui dure depuis plus de 60 ans ? Le droit effectif des Palestiniens au retour sur la terre dont ils ont été chassés par la guerre. Et aussi, pour ce qui est du Liban, le droit à la nationalité libanaise...

Lire une interview de 2006 de Maher Abi-Samra sur le film : http://divergences.be

Maher Abi-Samra sera présent à St-Etienne le 28 février

Nous pourrons parler avec lui de ses films, de la situation des Palestiniens qui vivent dans les camps de réfugiés au Liban, en Palestine, en Jordanie, en Syrie... de ceux qui vivent en exil sur toute la planète (1). Et de la situation aujourd’hui en Palestine, au Liban, en Syrie, et dans toute la région.

A 20h au Cinéma Le France - 8 rue de la Valse à St-Etienne
Entrée : 5 euros.

Maher Abi-Samra est un réalisateur libanais né à Beyrouth en 1965. Il a étudié le théâtre à Beyrouth puis a terminé ses études à l’Institut National de l’Image et du Son (FEMIS), à Paris. Il a débuté comme photographe pour des quotidiens puis pour l’agence Reuters et l’Agence France Presse. Puis il a réalisé plusieurs films documentaires ou de fiction dont certains ont été diffusés sur des chaînes de télévision telles que Arte, CBS et RTF. Et ont été programmées dans des festivals tels que l’IDFA en Hollande, le Tokyo Film Festival au Japon, et le Festival du Film Méditerranéen en Italie...

Ce film documentaire, de 52 minutes, a été réalisé en 2004. Il a obtenu le Prix Ulysse du Documentaire au Festival Cinéma Méditerranéen à Montpellier, 2006.

Les films de Maher Abi-Samra :
-  Chronicle of Returning (Le Syndrome du retour), 52’, 1994
-  Bâtir sur des vagues (Aging on Sea Waves), 26’, 1995
-  Femmes du Hezbollah, 50’, 2000
-  Being in Palestine, 2001, en co-réalisation
-  Inhabitance of Shatila Hospital, 2001
-  Mon ami (My Friend), 7’, 2003, essai-vidéo
-  Rond-Point Chatila, 52’, 2004
-   Mariam, 2006
-  Juste une odeur (Merely a Smell), 2007 - http://merelyasmell.blogspot.com/. Grand Prix du Court Métrage International au Dok Leipzig. Mention Spéciale du Jury au Norwegian Short Film Festival en 2008.
-  Nous étions communistes (Sheoeyin Kenna), 2009.
Voir : http://www.film-documentaire.fr
Et aussi http://www.khiasma.net

Voir plus d’informations sur les films de Maher Abi-Samra à : http://www.africultures.com/php/index.php ?nav=personne&no=14475


 (1) Les trois composantes du peuple palestinien :  

On peut dire que le peuple Palestinien est formé aujourd’hui de 3 composantes : la minorité palestinienne en Israël, les Palestiniens de Cisjordanie et Gaza, les Palestiniens de la diaspora dans le monde entier.

-  Les Palestiniens d’Israël luttent contre la discrimination raciale et pour leurs droits nationaux en tant que minorité.

-  Les Palestiniens de la Cisjordanie et de la bande de Gaza luttent contre l’occupation militaire et coloniale de leurs terres et le blocus de Gaza

Environ 5 millions de Palestiniens vivent aujourd’hui dans la Palestine historique, entre la Méditerranée et le Jourdain.

-  Les Palestiniens de la diaspora (environ 5 millions aussi) sont ceux qui sont dans les camps de réfugiés d’autres pays arabes et ceux qui vivent en exil sur l’ensemble de la planète. Ils continuent à lutter pour le droit au retour (maintes fois affirmé par l’ONU sans qu’aucun acte ne suive pour obliger Israël à respecter ce droit) dans leur pays. Et pour leurs droits civils dans les pays où ils vivent en tant que réfugiés.




Dans la même rubrique :
Protester contre les crimes de guerre à Rafah
Nous laissons faire ! Un crime s’accomplit sous nos yeux.
" Qui va calmer ma colère ? "
Document : voici la carte des prisons israéliennes
3 jours de grève de la faim à St-Etienne les 3, 4 et 5 septembre.
Solidarité avec les peuples Libanais et Palestinien
Initiative 100% israélienne
Jonathan Cook : "Vers la prochaine Intifada"...
Eric Hazan à St-Etienne : sortir du schéma de la séparation
2 500 dans la rue à Saint-Etienne pour exiger l’arrêt du massacre à Gaza




Proposer un article | Nous contacter | Plan du site | Admin | Accueil