Réseaux citoyens de St-Etienne
Accueil Qui sommes-nous Nous contacter Nous aider Plan du site Admin
   
Vous êtes ici : Atelier de philosophie > "Il faut penser local et agir local"
A la une
Agenda
Albums photos
Images à la une
Envoyez la musique !
La France insoumise / Jean-Luc Mélenchon
Nous sommes Grecs
Agroécologie
Agriculture paysanne
AMAP et réseau des AMAP
AMAP-Saint-Etienne
L’avenir du mouvement des AMAP
Les Amap dans la Loire
FAQ - De la ferme au quartier
Collectif Zérogm42
Collectif "nourrir l’humanité"
Maison de la semence
G.R.A.I.N. / Via Campesina
Collectif Liberté Justice Palestine
Chroniques pour la Palestine
Moyen-Orient et monde arabe / Georges Corm
Réseau RESF
Réseau Solidarité Rroms
Egalité des droits / Antiracisme
Une école pour tou(te)s
Survie / Françafrique
Quelle connerie la guerre !
Collectif "personne à la rue !"
Justice sociale / Droits sociaux
Assises droits sociaux
Forum des droits sociaux
Logement
Non au CPE !
Santé
Services publics
Travail / Emploi / Retraite
Portail pour l’accès aux droits sociaux
Le travail social dans la crise
Terrain d’entente
Groupe de réflexion "travail travail !"
Réseau salariat
Ecole / Education populaire
Justice écologique
Collectif Action Climat - CLAC
Sortir du nucléaire
Démocratie
Démocratie participative
Porto Alegre/St-Etienne
Libertés
Europe
Sortir du capitalisme
TAFTA
Changer la mondialisation ?
Forums sociaux
Changer la gauche ?
Gouvernement Hollande-Ayrault-Valls
Gouvernement Sarkozy
Chronique d’une élue citoyenne
Ville de Saint-Etienne
Conseil municipal
Elections municipales 2008
C’est notre histoire
Culture / idées
Les Héroïnes
Libres paroles
Des livres, des films, des sites...
Cafés citoyens au Remue-Méninges
Atelier de philosophie
Université Populaire - Laboratoire Social / Collectif Malgré Tout
Médias
Qui sommes-nous
Réseaux/Associations
"Il faut penser local et agir local"
Sur fluctuat.net, un entretien avec Miguel Benasayag qui vient de publier avec Angélique Del Rey “Eloge du conflit”
lundi 8 octobre 2007


Miguel Benasayag vient de publier en septembre 2007 avec Angélique Del Rey un nouveau livre : Eloge du conflit.
Voici ci-dessous un entretien avec l’auteur, réalisé par Séverine Weiss pour le site www.fluctuat.net. Nous le republions avec l’accord de fluctuat.net, et tous nos remerciements.

L’entretien avec Miguel Benasayag sur fluctuat.net

Extinction du désir, consensus mou ou polémiques bidons, gauche en déshérence, le débat public est atone. Pour sortir de la torpeur et de l’uniformisation des discours, Miguel Benasayag et Angélique Del Rey font l’éloge du conflit, de la multiplicité, du contradictoire et de la complexité. Stand up !

Nous vivons selon vous une période de « restauration », qui « impose un modèle d’homme acceptable, sur lequel la réalité, toujours trop débordante, doit se régler. » Votre « Eloge du conflit » est-il une réaction à l’élection de Nicolas Sarkozy ?

Notre travail n’est certainement pas une réaction à ce qui, tout compte fait, n’est qu’un épiphénomène de notre vie sociale et politique. L’élection de Nicolas Sarkozy, plus qu’un événement, est la mise à jour d’une série de processus très profonds dans notre société. C’est-à-dire le triomphe du néolibéralisme qui réussit à imposer la raison économiciste comme une deuxième nature.
Donc, pas de conflits, pas d’oppositions, le mouvement de restauration passe par cette détermination de tout opposant comme étant quelqu’un qui n’a pas compris LA raison. Donc, on essayera de l’instruire - voire de le guérir, ou alors on le décrètera toxique, maladif, déviant, presque terroriste... Et de ce fait, ses actes tomberont hors de « la » raison. C’est le mouvement de criminalisation de toute dissidence et de toute solidarité, par exemple. C’est comme cela qu’on écrase la multiplicité propre à toute société, et qui existe par, pour et dans les conflits.

RESF, le GISTI, Act up, etc... Il existe aujourd’hui plusieurs collectifs indépendants qui mènent ce que vous appelez de vos vœux : des « laboratoires », des actions locales, « restreintes », nées d’une situation concrète et s’inscrivant en elle. Pensez-vous que sont en train de se mettre en place aujourd’hui les conditions d’une sortie du capitalisme ?

Nous ne sommes, ni dans la sortie éventuelle du capitalisme, ni dans un mouvement du type prise de conscience de l’opinion publique. Les groupes auxquels vous faites références, et auxquels on peut ajouter sans doute le DAL, AC, Droits devant, parmi tant d’autres, relèvent de nouvelles pratiques qui créent, ici et maintenant, des nouveaux espaces de développement de types de sociabilité et solidarité nouveaux. Nous ne sommes pas là dans des stratégies pouvant être séparées de mouvements tactiques : ce sont des pratiques qui produisent aussi leurs propres théories elles-mêmes avec les intellectuels qui les accompagnent, et qui ne sont pas transitives, autrement dit en attente d’UN changement global.
Pour le dire autrement : il n’y a pas de situations globales expliquant les situations concrètes. C’est pourquoi il faut agir local et penser local. Ce qu’on appelle la globalité - comme globalité de situations - n’existe que comme un élément plus ou moins important dans chaque situation.

Vous écrivez : « Toute pensée trop idéologique, formulée en termes de programme et d’objectifs pour « créer du commun », va produire au contraire l’implosion de ce qu’on cherche à créer ». Est-ce là selon vous les raisons de l’échec de la création d’un collectif antilibéral à l’automne 2006, au moment où se préparaient les élections présidentielles ?

Une fois encore, nous ne pensons pas, dans ce livre, en rapport avec les échéances électorales ou autre actualité. Nous développons dans notre travail l’hypothèse d’après laquelle il existe une erreur idéologique dans la pensée et surtout l’agir en termes de solution. De notre point de vue, les conflits, toujours situationnels, sont plutôt à penser en termes d’assomption que de solution. Il s’agit d’assumer la complexité de chaque situation, tout en constatant qu’il y a des moments et des enjeux différents dans le temps, mais aucune situation n’est jamais la résolution de la situation précédente. Toute nouvelle situation implique une nouvelle donne... à assumer.
Le problème de la gauche actuellement réside dans le fait que dans toutes ses composantes, elle essaye d’éviter de penser notre époque actuelle dans sa complexité profonde et radicale. La gauche veut continuer à être une gauche de promesse. Il y a la social-démocratie, qui accepte la défaite, et se plie sans plus au système que jusqu’à hier, elle combattait. Mais à la gauche de la gauche, on continue à faire face à des problèmes de groupes, de personnes, de croyances, pour ne pas assumer la question dans sa profondeur et sa complexité : à quoi peut-on appeler émancipation ? Quelle émancipation est possible ?

L’action efficace, celle qui tient compte des conflits et des divergences, s’appuie sur des « multiplicités qui s’agencent entre elles ». Comment, concrètement, éviter les deux écueils de cette démarche : la centralisation et la dispersion ?

On ne peut pas éviter les écueils de cette démarche. Deux tendances s’opposent aujourd’hui dans le champ social : celle qui continue à penser qu’il faut créer des centralités fortes pour diriger les processus, et celle qui tend vers une dispersion des expériences, c’est-à-dire un émiettement. Nous pensons en termes de multiplicités agencées, pour éviter l’échec vers lequel nous conduisent les tendances en question.
Par ailleurs, des multiplicités agencées ne sont pas des multiplicités qui « dialoguent » entre elles. Le dialogue est l’une des modalités possibles du conflit, mais tous les rapports entre multiplicités en conflit sont loin de se résorber dans le dialogue...

Les contrepouvoirs « n’ont pas vocation à la prise de pouvoir mais au développement de la puissance à la base. »
Or vous avez soutenu la candidature de José Bové. N’est-ce pas contradictoire ? Il s’agit en somme de rentrer dans le jeu du pouvoir et de sa représentation médiatique au lieu de le contester...

Il n’y a que moi (et donc pas Angélique Del Rey co-auteure du livre NDLR) qui ait appuyé José Bové. C’est un appui plein de contradictions, que j’assume tout à fait. Il y avait bien entendu l’amitié, et voilà.

Quel doit être alors le rôle des structures sociales ? Quel lien établissez-vous entre ces structures collectives et les « actions restreintes », locales, relevant de démarches plus personnelles ?

Mais nous ne faisons pas là un programme d’actions, loin s’en faut. Nous fonctionnons plutôt dans des modèles où des forces opposées, contradictoires, multiples, agissent, pour produire des résultantes la plupart du temps inopinées et non maîtrisables dans tous les cas. Ce que nous défendons est une pensée et une pratique de la multiplicité conflictuelle... à ne pas confondre avec une multiplicité de pratiques individuelles ou personnelles.
Par ailleurs dans notre livre, le conflit politique n’est qu’une partie de la chose : nous sommes convaincus que la politique dans des termes d’émancipation ne passe pas par le politique.

Vous vous opposez à une vision morale du conflit et envisagez l’être comme conflit et multiplicité matérielle immanente » agissant en se débarrassant des présupposés idéologiques. L’engagement se fait donc de manière empirique. Mais l’action peut-elle se passer de « valeurs » qui la guident ? Au nom de quoi, dès lors, agir ?

Nous opposons l’éthique en tant qu’action théorico-pratique, en, pour et par une situation donnée (pas de fin qui justifierait les moyens) à la morale qui est toujours un savoir abstrait, le savoir du maître. Nous ne défendons pas une vision relativiste du bien et du mal, opposée à une vision universaliste abstraite - morale. Nous disons au contraire que le bien et le mal relève d’un universel concret et qu’il y a bien sûr une asymétrie entre les deux... mais en situation.

Vous évoquez l’idéal morbide de la société actuelle, qui a le « désir d’en finir avec le désir ». Le refoulement et le sacrifice seraient au cœur de ce fonctionnement . Ne peut-on pas dire que cette société met en place une véritable jouissance de la destruction - qui expliquerait par exemple la faiblesse des mesures écologiques mises en place, malgré la gravité de la situation ?

Oui. Effectivement, notre société a du mal à enrayer le cycle de destruction, et ceci est dû selon nous à un refus des conflits qui nous traversent, et fondent toute réalité.

Pour vous, il y a une différence entre certains combats émancipateurs et fédérateurs (le féminisme, par exemple) et la lutte des « sans (sans papiers, sans logements...), qui souhaitent entrer dans la norme et ne peuvent, par leur demande, créer une rupture sociétale.

En ce qui concerne le mouvement femmes, et la question dite du genre, nous sommes là dans une radicalité vraiment inépuisable. En ce qui concerne les mouvements de sans, la question posée n’est pas seulement celle de la normalisation de quelques uns, mais plus profondément, celle des limites structurelles de notre système. Système qui possède un modèle économique non extensible. Chaque lutte de sans questionne concrètement et transversalement l’ensemble de la société. Il a ceci de commun avec le mouvement des femmes qu’il questionne anthropologiquement notre humanité.

Pensez-vous que les émeutes en banlieue de l’automne 2005 relèvent d’un « affrontement » binaire entre inclus et exclus ou d’une tentative de mise en « conflit », annonciatrice de changements plus profonds ?

Nous ne pensons pas qu’il y ait une interprétation univoque qui soit la bonne. Dans tous les cas, dans cette révolte-là, l’attitude irresponsable et provocatrice de l’alors ministre de l’intérieur fut un élément important dans le déclenchement des violences. Sarkozy s’est offert là sa petite esplanade des mosquées.

La mise à distance de la complexité du monde, la fabrication de normes oppressives et aliénantes, la mise en scène d’affrontements manichéens, au détriment de conflits authentiques et féconds : ces reproches que vous adressez à la société contemporaine sont aussi ceux que l’on pourrait adresser à la télévision. Y a-t-il une différence à vos yeux entre les médias traditionnels et internet ?

Premièrement, la télévision fait partie de la société. Nous ne sommes pas des opposants au développement technique. Dans notre petit ouvrage Plus Jamais seuls, le phénomène du portable, nous avons pris l’exemple de ce petit appareil pour penser le rapport et la place qu’occupent ces éléments techniques dans notre société. Mais pour le dire ainsi, pas seulement nous constatons un phénomène de virtualisation de la vie, mais plus encore un véritable devenir d’artefactualisation de la vie. Nous ne sommes pas contre internet... ni pour non plus. Mais ce que nous appelons des conflits naît des déterminations propre à la matérialité du réel, et on ne peut pas dire qu’internet soit susceptible de constituer une « réalité » en soi. Comme élément s’articulant à des dimensions de la vie, internet peut bien entendu aider à déployer de nouvelles dimensions de la réalité. Mais pas comme tel.

Propos recueillis par Séverine Weiss.

Eloge du conflit


Présentation de l’éditeur
Dans les sociétés occidentales hyperformatées, l’idée même du conflit n’a plus de place. Les conceptions de la vie commune tendent vers l’intolérance à toute opposition. Le minoritaire doit se soumettre à la majorité et, de plus en plus, contestataires et dissidents semblent relever de l’" anormal ". Dans cet essai iconoclaste et bienvenu, Miguel Benasayag et Angélique del Rey explorent les racines et les effets délétères de cette idéologie. En refoulant les conflits, nos contemporains se laissent envahir par l’idéal de la transparence : toute opacité dans leurs relations devrait être éradiquée, car elle impliquerait l’altérité et, donc, l’ennemi potentiel. Une illusion dangereuse, à laquelle peuvent aussi succomber certains contestataires qui critiquent le système avec ses propres catégories : au lieu de s’affirmer comme des " autres ", sujets d’une multiplicité subversive, ils s’en tiennent à revendiquer des droits, confortant l’idée que les " valeurs " de l’idéologie dominante sont nécessairement désirables par tous. Analysant les différentes dimensions du conflit - entre nations, dans la société ou au sein même de l’individu -, les auteurs mettent à jour les ressorts profonds de la dérive conservatrice des sociétés postmodernes. Ils démontent aussi bien les illusions de la " tolérance zéro " que celles de la " paix universelle " : nier les conflits nés de la multiplicité, ceux dont la reconnaissance fait société, c’est mettre en danger la vie. Le refoulement du conflit ne peut conduire qu’à la violence généralisée, et l’enjeu auquel nous sommes tous confrontés est bien celui de l’assomption du conflit, " père de toutes choses " selon Héraclite.

Biographie de l’auteur
Miguel Benasayag, philosophe et psychanalyste, anime le collectif " Malgré tout ". Il est l’auteur de plusieurs ouvrages, dont, aux Editions La Découverte : Le Mythe de l’individu (1998, 2004), La Fabrication de l’information (avec Florence Aubenas, 1999), Résister, c’est créer (avec Florence Aubenas, 2002) et La Fragilité (2004, 2007). Angélique del Rey est professeur de philosophie.

Editions La Découverte (6 septembre 2007)
Collection : Armillaire
ISBN-10 : 270715296X
ISBN-13 : 978-2707152961
16 euros

 

Ce vendredi à la Maison de l’Amérique Latine...

 
La Maison de l’Amérique latine
Et Les Editions La Découverte invitent à la présentation de l’ouvrage « Eloge du conflit » de Miguel Benasayag et Angélique del Rey,
en présence des auteurs, de François Gèze, Directeur des Editions La Découverte
Et de Gus Massiah, Président du centre de recherches et d’information pour le développement (CRID)

Ce vendredi 12 octobre 2007 à 21 heures

LA MAISON DE L’AMERIQUE LATINE 217 BD SAINT-GERMAIN 75007 PARIS

Voir sur le site du Collectif Malgré Tout




Dans la même rubrique :
Adoptons "la technique du réveil" et la poursuite décidée de ce que nous avons déjà conquis !
Une conférence de Miguel Benasayag à l’Université de Montréal sur l’artéfactualisation de la vie
“Résister c’est créer”, de Miguel Benasayag et Florence Aubenas.
Altermondialisme : "il n’y a pas de centre dans l’alternative"
« Parcours », un livre qui montre le chemin d’une nouvelle société
De l’engagement dans une époque obscure - un nouveau livre de Miguel Benasayag et Angélique Del Rey
Agir - manifester, faire grève - c’est s’accorder le droit de faire ou de ne pas faire.
Abécédaire de l’engagement
Miguel Benasayag et Frédéric Lordon sur la servitude et l’émancipation...
Miguel Benasayag : « La puissance du contre-pouvoir »




Proposer un article | Nous contacter | Plan du site | Admin | Accueil