Mon site SPIP

Accueil > Europe > La dynamique constituante du non.

La dynamique constituante du non.

vendredi 27 mai 2005, par Raymond Vasselon

De tous les pays européens monte la défiance à l’égard de ce traité constitutionnel élaboré et imposé d’une façon absurdement technocratique. Le débat qui se déroule en France n’est pas isolé : d’autres peuples européens estiment que ce projet n’est pas le leur (en suède l’exigence d’un référendum monte, en Hollande et au Danemark certains craignent le référendum et voudraient changer la règle, des peuples privés de ce type de débat considèrent que ce traité va être ou a été adopté presque à la sauvette...).

On voit se dessiner, à l’échelle de l’Europe, l’exigence d’un processus démocratique pour créer une véritable constitution pour une Europe écologique et sociale de développement humain, une constitution solide et durable parce que démocratique et partagée. Devant ce mouvement européen qui s’amorce, les partisans du oui sont désemparés. Beaucoup d’entre eux, au fond, souhaitent cela aussi : ils et elles aspirent à faire avancer la paix, la justice, la démocratie et la solidarité sur notre planète

Ce processus, sera considérablement renforcé si les français refusent ce traité qui veut fonder le lien social et les relations humaines sur la concurrence mortifère.

Dans de nombreuses régions d’Europe (Italie, Espagne, Allemagne, Pologne, bien sùr en France...), des citoyen(e)s, certains élus, débattent pour transformer les institutions dans le sens d’un partage des pouvoirs pour aller vers une maîtrise de la globalisation. Beaucoup de travail a été fait pour repenser et moderniser la démocratie de délégation, pour développer des formes de démocratie participative à tous les niveaux, contrôler les budgets publics. De très nombreux collectifs et mouvements européens portent des solutions alternatives à la guerre, des solutions de lutte contre la pauvreté, proposent de nouveaux droits, de nouveaux modes de gestion des services publics, des solutions de coopérations, de co-développement.

Ce potentiel d’innovation partagée est considérable, il va s’élargir.

Là se trouve le creuset où s’inventent les projets européens du 3ème millénaire.

Là s’invente le développement solidaire avec les peuples du monde entier, respectueux de notre planète.

Là se forge le rêve européen.

Les innovations démocratiques et sociales progressent et se précisent dans les sociétés, en Europe et ailleurs. Pour inventer les institutions Européenne du XXI ème siècle à la hauteur, pour leur donner du sens, c’est avec ce grand mouvement de créativité sociale, culturelle, politique et économique qu’il faut travailler, pas dans son dos .

Raymond Vasselon, membre des réseaux citoyens