Réseaux citoyens de St-Etienne
Accueil Qui sommes-nous Nous contacter Nous aider Plan du site Admin
   
Vous êtes ici : Collectif Zérogm42 > Nous soutenons les Faucheurs Volontaires de la vigne OGM de Colmar
A la une
Agenda
Albums photos
Images à la une
Envoyez la musique !
La France insoumise / Jean-Luc Mélenchon
Nous sommes Grecs
Agroécologie
Agriculture paysanne
AMAP et réseau des AMAP
AMAP-Saint-Etienne
L’avenir du mouvement des AMAP
Les Amap dans la Loire
FAQ - De la ferme au quartier
Collectif Zérogm42
Collectif "nourrir l’humanité"
Maison de la semence
G.R.A.I.N. / Via Campesina
Collectif Liberté Justice Palestine
Chroniques pour la Palestine
Moyen-Orient et monde arabe / Georges Corm
Réseau RESF
Réseau Solidarité Rroms
Egalité des droits / Antiracisme
Une école pour tou(te)s
Survie / Françafrique
Quelle connerie la guerre !
Collectif "personne à la rue !"
Justice sociale / Droits sociaux
Assises droits sociaux
Forum des droits sociaux
Logement
Non au CPE !
Santé
Services publics
Travail / Emploi / Retraite
Portail pour l’accès aux droits sociaux
Le travail social dans la crise
Terrain d’entente
Groupe de réflexion "travail travail !"
Réseau salariat
Ecole / Education populaire
Justice écologique
Collectif Action Climat - CLAC
Sortir du nucléaire
Démocratie
Démocratie participative
Porto Alegre/St-Etienne
Libertés
Europe
Sortir du capitalisme
TAFTA
Changer la mondialisation ?
Forums sociaux
Changer la gauche ?
Gouvernement Hollande-Ayrault-Valls
Gouvernement Sarkozy
Chronique d’une élue citoyenne
Ville de Saint-Etienne
Conseil municipal
Elections municipales 2008
C’est notre histoire
Culture / idées
Les Héroïnes
Libres paroles
Des livres, des films, des sites...
Cafés citoyens au Remue-Méninges
Atelier de philosophie
Université Populaire - Laboratoire Social / Collectif Malgré Tout
Médias
Qui sommes-nous
Réseaux/Associations
Nous soutenons les Faucheurs Volontaires de la vigne OGM de Colmar
Rdv avec les militant-e-s de la Loire de retour du procès, à la réunion du collectif Zérogm ce lundi 3 octobre à St-Etienne
lundi 3 octobre 2011


dernière minute
Le verdict pour les 60 Faucheurs sera rendu le 14 octobre.

Les peines demandées par le procureur sont : 3 mois de prison avec sursis pour tous, 20 jours amendes à 100€ par personne pour 6 des faucheurs inculpés, considérés comme récidivistes.
Et 550.000 euros de dommages et intérêts à l’INRA.

Le combat contre les OGM a besoin de continuer à prendre de l’ampleur. La solidarité avec les Faucheurs volontaires aussi.

Les Faucheurs Volontaires de la Loire jugés à Colmar, et d’autres militant-e-s du collectif Zérogm 42 sont prêts à participer à des réunions d’information sur les OGM et les actions en cours pour s’y opposer, que souhaiteraient organiser des associations de toutes sortes (AMAP, centres sociaux, amicales laïques, associations socio-culturelles...)
Merci de prendre contact avec eux.

— 

Mercredi 28 septembre s’est ouvert à Colmar le procès des 60 Faucheurs Volontaires de la vigne OGM plantée en plein champ par l’INRA. Il se poursuit jusqu’à ce vendredi soir 30 septembre.
5 des inculpés sont de la Loire, quatre sont paysans : Jean-Luc Juthier, Thierry Vial, Mickaël Neyrolles, Christian Pipon, et Liliane Deroche est retraitée.
_


Les Faucheurs Volontaires inculpés sont arrivés au Tribunal dans 3 charrettes tirées par des chevaux de trait. La journée de mercredi à été consacrée à leur audition. Les un-e-s après les autres, ils ont expliqué aux juges leurs raisons personnelles d’avoir fait cet acte de désobéissance civile... - photos de Marion Remy.



Les 60 Faucheurs Volontaires jugés à Colmar ont besoin de notre soutien. Quel que soit l’issue de ce procès-ci, ce combat va continuer, parce qu’il est vital si l’on veut permettre que l’humanité se nourrisse aujourd’hui et plus encore demain.
C’est grâce à l’engagement des Faucheurs Volontaires depuis 14 ans, grâce à leurs actions de désobéissance civile et aux procès publics qu’ils ont obtenu et qui ont fait bouger les choses, qu’en France et en Europe on a pu savoir ce qui se passait avec les OGM, et les bloquer largement. Aux USA où il n’y a pas eu de telles actions, il n’y a eu aucun débat, les firmes ont fait ce qu’elles ont voulu, les OGM sont partout. Et maintenant les conséquences arrivent...

Rappel sur ce qui s’est passé pour la vigne de Colmar...

L’arrachage des pieds de vigne OGM a eu lieu le 15 août 2010 (1). Cet essai de vigne OGM en plein champ n’avait aucune justification scientifique ni agricole. Le court noué est une maladie des ceps que des vignerons savent contenir, et même utiliser pour améliorer la qualité du vin. Il diminue la production de vin, mais dans une période où l’Europe va payer l’arrachage de 400 000 hectares de vignes pour cause de surproduction, ce n’est pas une catastrophe. Le court noué n’était pas présent dans le vignoble d’Alsace. Le virus y a été amené pour réaliser l’essai...

C’est que les objectifs de l’INRA dans cette affaire sont autres.
D’une part il s’agit d’une sujétion de la recherche publique aux firmes de l’agro-industrie.
C’est qu’à la clé il y a pour l’INRA des millions d’euros de contrats (apparemment plus de 2 millions au total). Pour un organisme de recherche publique sensé être au service de l’agriculture et de l’alimentation de la société, il y aurait bien des recherches à faire pour aider les paysans qui veulent pratiquer une agriculture saine et respectueuse de l’environnement. Mais ça paie beaucoup moins. Et ce que les firmes veulent, ce sont des recherches qui débouchent sur des brevets - et la privatisation du vivant - et des ventes de semences + pesticides. C’est pourquoi l’INRA (enfin une partie d’entre elle) s’est encore récemment illustrée en servant à bien des égards de caution à l’offensive des firmes BASF et Pioneer et du CETIOM pour imposer les tournesols OGM mutés ExpressSun de Pioneer et Clearfield de BASF.

Avec la vigne OGM, l’INRA a aussi prêté son concours à une opération de banalisation des OGM, pour tenter de les faire accepter par la société dans un domaine que celle-ci considère quand même comme un peu sacré : le vin.
Pas facile, l’opération. D’abord tentée en Champagne à la veille de l’an 2000, avec 2500 pieds OGM chez Moët et Chandon, elle a été éjectée dès qu’elle a été révélée. Les vignerons du Champagne ne voulant pas courir de risque. Les pieds OGM ont atterri à l’INRA de Montpellier, sans avoir le temps d’y prendre racine, suite à la levée de boucliers des viticulteurs de la région ("le Languedoc-Roussillon ne sera jamais la poubelle transgénique de la Champagne"). Mais l’Inra de Colmar en a bien voulu (de l’essai et de l’argent qui allait avec) et au final, 70 pieds survivants y ont été plantés. Arrachés par un chercheur (condamné en 2009) mais rebricolés avant d’être neutralisés à nouveau par les Faucheurs Volontaires le 15 août 2010.
La vigne OGM de Colmar a été un terrain d’expérimentation pour étudier les conditions d’une "acceptabilité sociale" des OGM. Un comité de suivi bidon a été constitué, qui n’avait pas son mot à dire sur la légitimité de l’essai OGM lui-même mais était chargé des détails de sa mise en oeuvre. Quand ils ont conclu que l’objectif était de les utiliser pour faire avaliser l’essai OGM, des membres de ce comité de pilotage l’ont quitté et se sont opposés frontalement à l’essai.
Bref, cette vigne OGM a été l’expérimentation d’une manière de mener la société en bateau au moyen d’une "concertation" totalement pipée.

L’arrachage de la vigne OGM de Colmar le 15 août 2010 était donc la neutralisation d’un danger immédiat.
Mais c’était aussi une action pour exiger que l’INRA revienne à ses missions d’organisme de recherche public, une recherche payée par des fonds publics, qui doit profiter à la société, aux paysans, pas aux grandes firmes qui veulent contrôler l’alimentation et l’agriculture.

Les OGM dans les champs, dans les assiettes et dans les verres, c’est Non !

Le procès de Colmar vient d’être l’occasion d’une mobilisation citoyenne importante.
Plusieurs cars - dont un parti de st-étienne et de rhône-alpes - sont arrivés à Colmar ce mercredi, venant des différentes régions ; et malgré le fait qu’on soit un jour de semaine, plus de 350 personnes étaient présentes à l’ouverture du procès. Le procès lui-même est, comme le voulaient les Faucheurs, le moyen de mettre cette question vitale dans le débat public.
A St-Etienne, une soirée d’information et de soutien avait réuni 150 personnes le 16 septembre dernier à la salle des fêtes de Beaubrun (2), en compagnie des prévenus, et tout s’est poursuivi en musique et en danses avec le groupe "La Talvèra", et Nando Bizarro, chanteur et musicien argentin.

Il y a maintenant besoin que les actions d’information et de soutien se multiplient. On en parlera ce lundi soir 3 octobre à 19h30, à la réunion du collectif Zérogm, aux Pères Peinards, 5 rue du Jeu de l’Arc à St-Etienne. Avec des ami-e-s inculpés du procès de Colmar, et d’autres militant-e-s de la Loire présents au procès.



photo parue sur le journal Le Républicain Lorrain

(1) Voir : Pas de vigne ni de vin OGM en France ! L’essai de vigne OGM en plein champ mené par l’INRA à Colmar a été neutralisé par les Faucheurs Volontaires dimanche 15 août

(2) Voir Soirée d’information et de soutien aux Faucheurs Volontaires jugés à Colmar
Et A l’occasion du procès de Colmar : un appel “vignes sans OGM” lancé parmi les professionnels du vin


Diaporama - 77 photos de Martine Chevalier et Marion Remy...



Voir le diaporama en grand format sur Picasa




Dans la même rubrique :
Le Préfet de la Loire attaque la commune de Burdignes devant le Tribunal administratif
Les procès OGM 2005 / 2006 / 2007
Les preuves s’accumulent : les OGM pesticides sont toxiques
Science & conscience
Conférence-débat avec Jean-Pierre Berlan à Saint-Etienne ce vendredi 13 février
Les nouvelles technologies de manipulation du vivant
OGM : la contamination passe par là
Fauchage de colza OGM en Lorraine
OGM : mobilisation citoyenne ce samedi 2 juin pour une inspection dans la plaine de l’Ain.
Soirée d’information et de soutien aux Faucheurs Volontaires jugés à Colmar fin septembre 2011




Proposer un article | Nous contacter | Plan du site | Admin | Accueil