Réseaux citoyens de St-Etienne
Accueil Qui sommes-nous Nous contacter Nous aider Plan du site Admin
   
Vous êtes ici : Agriculture paysanne > Crise de l’élevage : Le gouvernement à la botte de la FNSEA
A la une
Agenda
Albums photos
Images à la une
Envoyez la musique !
La France insoumise / Jean-Luc Mélenchon
Nous sommes Grecs
Agroécologie
Agriculture paysanne
AMAP et réseau des AMAP
AMAP-Saint-Etienne
L’avenir du mouvement des AMAP
Les Amap dans la Loire
FAQ - De la ferme au quartier
Collectif Zérogm42
Collectif "nourrir l’humanité"
Maison de la semence
G.R.A.I.N. / Via Campesina
Collectif Liberté Justice Palestine
Chroniques pour la Palestine
Moyen-Orient et monde arabe / Georges Corm
Réseau RESF
Réseau Solidarité Rroms
Egalité des droits / Antiracisme
Une école pour tou(te)s
Survie / Françafrique
Quelle connerie la guerre !
Collectif "personne à la rue !"
Justice sociale / Droits sociaux
Assises droits sociaux
Forum des droits sociaux
Logement
Non au CPE !
Santé
Services publics
Travail / Emploi / Retraite
Portail pour l’accès aux droits sociaux
Le travail social dans la crise
Terrain d’entente
Groupe de réflexion "travail travail !"
Réseau salariat
Ecole / Education populaire
Justice écologique
Collectif Action Climat - CLAC
Sortir du nucléaire
Démocratie
Démocratie participative
Porto Alegre/St-Etienne
Libertés
Europe
Sortir du capitalisme
TAFTA
Changer la mondialisation ?
Forums sociaux
Changer la gauche ?
Gouvernement Hollande-Ayrault-Valls
Gouvernement Sarkozy
Chronique d’une élue citoyenne
Ville de Saint-Etienne
Conseil municipal
Elections municipales 2008
C’est notre histoire
Culture / idées
Les Héroïnes
Libres paroles
Des livres, des films, des sites...
Cafés citoyens au Remue-Méninges
Atelier de philosophie
Université Populaire - Laboratoire Social / Collectif Malgré Tout
Médias
Qui sommes-nous
Réseaux/Associations
LA CONFÉDÉRATION PAYSANNE :
Crise de l’élevage : Le gouvernement à la botte de la FNSEA
Beulin et Valls annoncent 3 milliards d’euros essentiellement pour relancer les investissements, c’est-à-dire augmenter les quantités et baisser les prix, c’est à dire au final éliminer encore des paysans...
jeudi 3 septembre 2015


Alors que bien des paysans sont menacés de faillite à court terme, M. Valls vient de se mettre d’accord avec Xavier Beulin, président de la FNSEA et grand patron de l’agro-industrie, sur un plan de 3 milliards d’euros sur 3 ans, destiné en fait à relancer les investissements... Rien pour garantir des prix, rien pour réguler les quantités produites. En avant la course à la "compétitivité", aux exportations, à la dérèglementation... c’est-à-dire vers une nouvelle vague d’élimination de paysans.

Lire ci-dessous : la déclaration de la Confédération Paysanne (en ligne sur le site de la Conf : http://www.confederationpaysanne.fr)
et aussi un texte de Laurent Pinatel : "Une logique à bout de souffle".

Crise de l’élevage : Le gouvernement à la botte de la FNSEA

03.09.2015 - A l’issue d’un rendez-vous avec Xavier Beulin, alors que la FNSEA a sorti l’artillerie lourde, Manuel Valls vient d’offrir les 3 milliards demandés pour un véritable plan de licenciement des éleveurs. Le gouvernement fait donc d’une pierre deux coups, balayant le pluralisme syndical en même temps que l’avenir des paysans.

Globalement, ces mesures sont une (grosse) rallonge du plan de cet été. Plus d’argent donc, mais toujours pas pour les paysans. Modernisation et investissement sont au coeur de la mise sous perfusion d’un système périmé et destructeur où les exploitations doivent être de plus en plus grosses et avec de moins en moins de paysans. Il serait pourtant temps de parler régulation, relocalisation, mise en adéquation de la production avec la demande... Et cela ne nécessite pas d’invoquer des milliards, juste de réorienter les aides !

Aujourd’hui, les paysans ont été invités à un marché de dupes. Pendant qu’ils se battent face à la crise, leur président, accessoirement patron d’agro-industrie, négocie leur licenciement massif ! Ils réclament du revenu, on leur offre un plan qui, sous prétexte de compétitivité, fait tout pour faire baisser les prix !

Cependant, alors que le gouvernement français reste bloqué sur la ligne FNSEA*, le vent tourne dans nombre de pays d’Europe. Même le ministre libéral anglais de l’Agriculture réclame des mesures de régulation de la production ! Le 7 septembre, les ministres de l’Agriculture de l’Union européenne auront donc la possibilité de prendre de véritables mesures d’urgence. Mais le relèvement des prix d’intervention et les mesures de stockage doivent s’accompagner d’une maîtrise de la production pour ne pas continuer à laisser saturer le marché.


Une logique à bout de souffle

03.09.2015 - La crise actuelle des éleveurs est le symptôme de la faillite d’un mode de développement agricole. Ce système productiviste autodestructeur a ravagé la vie des paysans. Un énième plan d’urgence ne suffira pas, il faut changer de logiciel.

(Lire sur le site de la Conf’)

L’élevage est donc officiellement en crise. Les Français, dans leur grande majorité, partagent les préoccupations et les inquiétudes des éleveurs. Alors que ceux-ci, au bord du gouffre, se soulèvent, annonces gouvernementales et tables rondes se sont succédé cet été à un rythme effréné.

Tout le monde clame haut et fort qu’il faut sauver l’élevage, que les grandes surfaces doivent augmenter les prix, que l’on doit manger français, etc. Mais la crise d’où vient-elle ? Embargo russe ? Conjoncture défavorable ?
Certes, mais cette crise-là n’est-elle pas, avant tout, structurelle ? L’élevage n’est-il pas en crise depuis des dizaines d’années ? Les éleveurs ne sont-ils pas victimes d’un manque criant d’anticipation et de clairvoyance des décideurs politiques, et ce depuis des décennies ?

Si, bien sûr que si ! Cette crise est la faillite d’un mode de développement agricole, la nouvelle preuve d’un système qui est allé au bout de sa logique productiviste et mortifère, destructrice de vies paysannes.
Depuis la mise en place de la Pac, à la fin des années 50, profession agricole et responsables politiques de tous bords nous ont vendu, à nous paysans, le produire plus, la modernisation, les économies d’échelles. Depuis, à chaque crise, la réponse est identique : grossir, augmenter la taille de son élevage, ce qui entraîne automatiquement une surcharge de travail, la mécanisation pour compenser, l’emprunt pour financer... et, ainsi, le transfert du revenu à l’industrie agroalimentaire d’amont et d’aval et aux milieux financiers.
Inévitablement, les paysans disparaissent massivement à chaque crise agricole, victimes de ces politiques publiques. A terme, ils sont perdus, détruits peu à peu par un système voulu, mis en place et accompagné par les gouvernements successifs.

Nombre d’entre nous croulent sous les dettes, les emprunts. Très souvent, le seuil de vivabilité a été atteint, dépassé. Tous les deux jours, un paysan se suicide en France. Crise et cris d’alarme donc.

Face à ce désarroi, les annonces et les déclarations pleuvent. L’exécutif se bat avec ferveur, le gouvernement est sur le pont, François Hollande en tête, pour une vaste opération de communication.
Si notre agriculture ne marche plus, c’est par manque de compétitivité. Il nous faut donc grossir encore et encore, il faut moderniser, il faut exporter, il faut manger français partout : en France, mais aussi à Taiwan, en Chine, au Vietnam, au Maghreb. Bref... exporter, et favoriser une préférence française dans les grandes surfaces et la restauration collective.
Ces gens-là se moquent de nous quand ils négocient en même temps Tafta et Ceta, accords de libre-échange avec l’Amérique du Nord qui vont détruire à jamais la production de viande bovine en France et mettre à rude épreuve les autres filières d’élevage. Après des décennies à sacrifier l’agriculture, à la pousser dans le mur de crise en crise, on va sauver l’élevage en mangeant français... Sérieusement ?

Le plan d’urgence proposé par le gouvernement peut être au mieux considéré comme une rustine, un placebo pour traiter un mal très profond, au pire un plan de licenciement des petites et moyennes exploitations. Dans les deux cas, le compte n’y est pas. Pire, dans le deuxième on met un grand coup d’accélérateur juste avant de sauter dans le vide.

Alors aujourd’hui, il y a urgence.
Urgence à agir pour sauver les paysans ; urgence à agir pour arrêter de porter atteinte à la santé de ces femmes et de ces hommes, travailleurs de la terre ; urgence de prendre en compte les signaux alarmants que nous envoient la planète, le climat, l’environnement, les sols et l’eau, tous ces facteurs sans lesquels nous ne pourrons plus être paysans demain. Les agriculteurs sont les premiers écologistes, claironne Manuel Valls. Certes, mais quand va-t-on voir venir une politique digne de ce nom pour préserver notre socle de vie, notre environnement naturel, cette nature dont nous sommes si proches au point d’avoir choisi d’y vivre et d’y exercer notre métier !

On remarque cependant que certains systèmes agricoles sont touchés très durement par la crise, d’autres moins, voire pas du tout. Les producteurs en signes de qualité, en AOP*, en agriculture biologique, en circuits de proximité... Ces paysans-là s’en sortent mieux. Et souvent le déclic a été... une crise, justement. Puisque les pouvoirs publics ont continué à entraîner la grande majorité des agriculteurs dans le mur, ils se sont pris en charge, souvent par le biais de projets collectifs, avec l’aide d’élus locaux. Ces paysans s’en sortent, parfois ignorés des subventionnements et des aides qui continuent de primer les volumes, les hectares, le nombre d’animaux, plutôt que de primer la qualité. Et pourquoi ne prendrait-on pas le chemin qu’ils ont parcouru comme boussole des politiques publiques ?

L’agriculture trop intensive est dans le mur. Les éleveurs, coincés dans ce système de développement, n’arrivent plus à s’en sortir, alors... il faut changer le système, il faut changer notre logiciel. Il faut réorienter notre agriculture vers les systèmes qui ont fait leurs preuves. Il faut faire le choix d’une agriculture d’avenir, compatible avec les enjeux climatiques, qui valorise l’environnement plutôt que de l’exploiter et le détruire, une agriculture qui crée de l’emploi, beaucoup d’emplois, vivifie les territoires, relocalise la valeur ajoutée accaparée par les multinationales et les milieux financiers. Il faut faire le choix de cette agriculture sophistiquée, qui œuvre avec le vivant, avec l’agronomie plus qu’avec la pétrochimie. Il nous faut renouer avec l’intelligence et le bon sens et surtout, surtout, il nous faut retrouver du sens !
Devant le manque d’audace politique de l’été, la Confédération paysanne se bat, et continuera à se battre pour une autre agriculture, pour défendre et sauver les paysans. Et non pas les multinationales de l’agroalimentaire !

Laurent Pinatel
paysan dans la Loire,
porte-parole de la Confédération paysanne




Dans la même rubrique :
De l’huile de neem épandue à St-Chamond
Trier et ressemer ses propres semences est-il un délit ?
Des paysans refusent la vaccination contre la fièvre catarrhale ovine (FCO)
Laurent Pinatel convoqué vendredi 12 décembre au commissariat de Roche La Molière...
Construire de nouveaux rapports ville-campagne
Dans la Loire, un paysan sur trois a voté pour le projet et l’action de la Confédération paysanne.
Le procès fait par Lactalis à Philippe Marquet et à la Confédération Paysanne de la Loire aura lieu le 1er juin au Tribunal de St-Etienne.
Les paysans peuvent refroidir la planète
Prix du lait : les paysans ne lâcheront pas
250 personnes à Roche la Molière pour soutenir Laurent Pinatel et la Confédération Paysanne et s’opposer aux fermes à 1000 vaches.




Proposer un article | Nous contacter | Plan du site | Admin | Accueil