Réseaux citoyens de St-Etienne
Accueil Qui sommes-nous Nous contacter Nous aider Plan du site Admin
   
Vous êtes ici : Ville de Saint-Etienne > Conseil municipal > Budget 2006 de St-Etienne : le débat d’orientations budgétaires
A la une
Agenda
Albums photos
Images à la une
Envoyez la musique !
La France insoumise / Jean-Luc Mélenchon
Nous sommes Grecs
Agroécologie
Agriculture paysanne
AMAP et réseau des AMAP
AMAP-Saint-Etienne
L’avenir du mouvement des AMAP
Les Amap dans la Loire
FAQ - De la ferme au quartier
Collectif Zérogm42
Collectif "nourrir l’humanité"
Maison de la semence
G.R.A.I.N. / Via Campesina
Collectif Liberté Justice Palestine
Chroniques pour la Palestine
Moyen-Orient et monde arabe / Georges Corm
Réseau RESF
Réseau Solidarité Rroms
Egalité des droits / Antiracisme
Une école pour tou(te)s
Survie / Françafrique
Quelle connerie la guerre !
Collectif "personne à la rue !"
Justice sociale / Droits sociaux
Assises droits sociaux
Forum des droits sociaux
Logement
Non au CPE !
Santé
Services publics
Travail / Emploi / Retraite
Portail pour l’accès aux droits sociaux
Le travail social dans la crise
Terrain d’entente
Groupe de réflexion "travail travail !"
Réseau salariat
Ecole / Education populaire
Justice écologique
Collectif Action Climat - CLAC
Sortir du nucléaire
Démocratie
Démocratie participative
Porto Alegre/St-Etienne
Libertés
Europe
Sortir du capitalisme
TAFTA
Changer la mondialisation ?
Forums sociaux
Changer la gauche ?
Gouvernement Hollande-Ayrault-Valls
Gouvernement Sarkozy
Chronique d’une élue citoyenne
Ville de Saint-Etienne
Conseil municipal
Elections municipales 2008
C’est notre histoire
Culture / idées
Les Héroïnes
Libres paroles
Des livres, des films, des sites...
Cafés citoyens au Remue-Méninges
Atelier de philosophie
Université Populaire - Laboratoire Social / Collectif Malgré Tout
Médias
Qui sommes-nous
Réseaux/Associations
AU CONSEIL MUNICIPAL DU 14 NOVEMBRE 2005
Budget 2006 de St-Etienne : le débat d’orientations budgétaires
dimanche 20 novembre 2005


Le budget 2006 de la ville de St-Etienne sera voté le 19 décembre prochain. Voici tel quel le texte du document présenté au conseil du 14 novembre pour présenter les "orientations budgétaires"...
Voir aussi = Quel budget 2006 pour la ville de St-Etienne ?

"Rappel et Références :
La loi du 6 février 1992 impose l’organisation et la tenue d’un débat d’orientation budgétaire dans les deux mois précédant le vote du budget primitif.
Le budget primitif 2006 sera discuté lors de la séance du 19 décembre 2005, il convient donc de présenter aujourd’hui les situations économique et fiscale, aux plans national et local, et les grandes orientations budgétaires de la Ville de St-Etienne.

Motivation et Opportunité :
Conformément à la loi du 6 février 1992, il est proposé d’examiner au cours de cette séance les perspectives d’évolution des finances de la Ville de St-Etienne en 2006.

Contenu : Dans un contexte économique national et international difficile, en raison notamment du prix du pétrole, la Ville de St-Etienne poursuit sa stratégie budgétaire telle qu’elle la définit dans le plan de mandat proposé aux Stéphanois.

I - LE CONTEXTE DES FINANCES LOCALES

II se caractérise par :
I -1°/ Le projet de loi de finances pour 2006
I - 2°/ Le contexte local

I - 1°/ Le projet de loi de finances pour 2006 :

Le projet de loi de finances 2006 est présenté, pour la première fois, selon une nouvelle formule ; en effet, en application de la LOLF (Loi organique relative aux lois de finances) du 1er août 2001, l’Etat passe du bleu budgétaire, présentant le budget ministère par ministère dans une logique de moyens, à un PAP (Projet annuel de performance) présentant le budget par politiques publiques, se déclinant en programmes avec, pour chaque programme, des objectifs et des indicateurs de performance.
Dans ce cadre rénové, et pour la quatrième année consécutive, les dépenses de l’Etat seront stabilisées, elles connaîtront une progression égale à l’inflation prévisionnelle, soit 1,8 %, c’est la norme appelée aujourd’hui "la norme zéro volume".
Malgré les restrictions imposées aux finances de l’Etat, les concours financiers au profit des collectivités locales représentent 64,6 milliards d’euros, trois principales mesures dans ce projet de loi de finances de l’Etat sont à identifier concernant les collectivités locales :

 Les dotations  
Le contrat de croissance et de solidarité est reconduit. Indexée sur l’inflation de 2006 et sur un tiers du PIB 2005, l’enveloppe normée des dotations de l’Etat aux collectivités devrait donc progresser de 2,37 % en 2006 (2,83 % en 2005 et 1,7 % en 2004). Cette année encore, la dotation de compensation de la taxe professionnelle jouera son rôle de variable d’ajustement en baissant de 9,48 %.
Ainsi, la DGF (Dotation globale de fonctionnement) indexée sur l’inflation de 2006 (hors tabac) et sur la moitié du PIB 2005 augmentera de 2,73 % contre 3,29 % en 2005.
La DSU (Dotation de solidarité urbaine) augmentera de 120 millions et la DSR (Dotation de solidarité rurale) de 80 millions d’euros.

 La fiscalité  
La réforme de la taxe professionnelle, avec pour objectif premier d’alléger la charge fiscale des entreprises afin de préserver leur compétitivité, propose de plafonner à 3,5 % de la valeur ajoutée la cotisation de TP de toutes les entreprises.
Une réforme interviendra également sur la taxe foncière des propriétés non bâties, en prévoyant une exonération sur les terres agricoles, exonération compensée aux collectivités par l’Etat.

 Une conférence annuelle des finances publiques  
Cette conférence qui devrait se réunir fin novembre a pour objectif de doter les finances publiques d’une stratégie claire, pluriannuelle et partagée entre tous les acteurs. Il devrait pouvoir ainsi se dégager une norme d’évolution de l’ensemble des dépenses publiques.

I - 2°/ Le contexte local :

Dans cet environnement national contraint et, à l’instar de l’Etat, nous nous efforçons de respecter nos engagements ; pour cela, des efforts constants sont réalisés sur les dépenses de fonctionnement tout en veillant à améliorer les services offerts aux Stéphanois.
Ainsi, par cette gestion rigoureuse et très souvent imaginative pour réaliser des économies sur nos charges de gestion, nous pouvons maintenir une capacité d’investissement qui, comme nous nous y sommes engagés, fait de St-Etienne une ville dynamique, ambitieuse et pleine d’avenir.

II - UN BUDGET AU SERVICE D’UNE VILLE AMBITIEUSE

Les orientations du budget 2006 correspondent aux engagements financiers que nous avons pris devant les Stéphanois lors de notre élection :

- La pression fiscale déjà largement diminuée (- 4 %) devrait une année encore ne pas progresser. C’est là un effort significatif au bénéfice des contribuables puisque, lorsque l’on se compare avec les autres grandes villes de France, nous sommes parmi les rares villes à ne pas augmenter ses taux de fiscalité, ceci laisse espérer des impôts ménages à hauteur de 77 Millions d’Euros.
- Notre désendettement, objectif majeur compte tenu du poids de la dette, devrait une fois encore se poursuivre alors qu’il a déjà atteint, fin 2004, plus de 29 millions d’euros tous budgets confondus. Je vous rappelle que le plan de mandat prévoyait seulement un désendettement total à hauteur de 15 millions, nous espérons porter à 30 ME celui-ci depuis le début de mandat en imposant, dès le budget primitif, un minimum de 1 ME.
- Enfin, notre capacité à investir dans les nombreux domaines de compétence de la Ville sera maintenue, avec, notamment, la confirmation en inscription budgétaire des équipements qui étaient jusqu’alors dans leur phase d’étude, un minimum de 36 ME d’investissements nets devrait être maintenu.
- L’AC (Attribution de compensation) et la DSC (Dotation de solidarité communautaire) versées par St-Etienne Métropole ne devraient pas significativement évoluer ; par prudence, nous retenons 56,7 ME.

II -1°/ Une volonté de conserver une bonne capacité d’autofinancement :

Depuis plusieurs années, le budget enregistre une amélioration de l’épargne brute (solde des recettes réelles de fonctionnement et des dépenses de même nature). L’objectifest de pouvoir la maintenir ; pour cela, des efforts sont demandés sur les dépenses courantes de gestion tout en veillant à ne pas pénaliser le citoyen stéphanois dans sa vie quotidienne.
Nos engagements très importants vis à vis de nos partenaires extérieurs, notamment le monde associatif, seront reconduits en 2006.
Notre objectif est de préserver notre capacité d’autofinancement, ce qui est indispensable puisque la ville ne dispose d’aucune marge de manoeuvre en matière d’endettement.

II - 2°/ Une réelle capacité à investir :

Comme le rappelait Brice Hortefeux, Ministre délégué aux collectivités locales, en présentant le projet de budget 2006, les collectivités locales réalisent 70 % des investissements publics sur le territoire national ; sur le territoire stéphanois, la Ville de St-Etienne devrait l’an prochain inscrire plus de 35 millions d’euros en dépenses d’équipements. Cette capacité déjà prévue les deux années précédentes devrait pouvoir être maintenue.
Cela touchera les infrastructures et les équipements. Dans le champ des infrastructures, la Ville participe au financement de la seconde ligne de TCSP (Transports en commun en site propre), poursuit le programme gigantesque de refonte du réseau d’assainissement et entame les travaux de la station d’épuration du Porchon.
Ce type d’infrastructure s’inscrit pleinement dans le développement durable. C’est pourquoi la population, associée à la démarche tout en subissant les contraintes liées à ces travaux, comprend et partage les objectifs que nous nous sommes donnés avec l’Etat en ce domaine.

En 2006, la Ville va rentrer dans la phase opérationnelle de réalisation de plusieurs équipements majeurs.
La Maison de l’Emploi, qui offrira un lieu unique et exemplaire répondant aux besoins de toutes les personnes, soit en recherche d’emploi, soit en recherche d’orientation professionnelle. C’est également, au-delà de l’équipement, une fédération des organismes qui oeuvre en ce domaine avec pour objectif de mieux répondre à nos concitoyens.
L’emploi est la préoccupation première de la Municipalité et c’est pourquoi nous nous engageons de manière forte pour assurer la réussite de ce projet.

Il y a également la Salle de Musique Actuelle qui complète l’offre culturelle de la Ville et participe, avec le Zénith, à renforcer la vocation culturelle et ludique du secteur de la Plaine Achille.

En 2006, nous poursuivrons la politique de renouvellement urbain, aidés en cela par l’ensemble de nos partenaires et, là également, un grand nombre de projets vont entrer dans leur phase opérationnelle.
Afin de remédier aux situations de fragilité des quartiers en ZUS (Zone Urbaine Sensible), en référence à la loi d’orientation et de programmation pour la ville et la rénovation urbaine n° 2003-710 du 1er août 2003, des politiques volontaristes sont conduites sur ces territoires.

Des moyens ont été mobilisés dans les budgets précédents et la validation par l’ANRU des projets de renouvellement urbain engage la Ville, dès 2006, sur une programmation pluriannuelle.

A) Le renouvellement urbain : 

 Quartier Sud-Est :  

Le projet de renouvellement urbain vise à enclencher la mutation sociale de ce quartier par la diversification des fonctions urbaines, le redéploiement de la vocation résidentielle et l’accueil d’activités économiques.
-  Démolition Grande Marandinière, Montchovet bâtiments C - D - F
-  Construction de logements sociaux PLUS CD (106)
-  Acquisition/amélioration de 41 logements PLAI hors site pour le relogement et création de 8 logements PLAI sur site
-  Réhabilitation de logements (1319)
-  Résidentialisation d’espaces collectifs
-  Réaménagement d’espaces publics
-  Requalification de la Piscine de la Marandinière
-  Aménagement et requalification de gymnase et stade
-  Construction d’une mairie de proximité
-  Réflexion sur les commerces

La programmation 2006 engagerait la Ville à hauteur de : 1 635 000 Euros

 Quartier Montreynaud :  

Le projet urbain vise à redonner à ce quartier une attractivité résidentielle et à le revaloriser par la diversification et la réhabilitation de l’habitat, par la création d’un lieu de centralité structurant, en confortant la présence de commerces, de services et en développant la ZFU (Zone Franche Urbaine) sur la partie collinaire.

-  Démolition de 28 logements sociaux
-  Démolition de la Tour Plein Ciel (90 logements)
-  Mise en place d’une OPAH sur les copropriétés
-  Réhabilitation de 192 logements sociaux
-  Construction d’un pôle de centralité avec un centre commercial
-  Résidentialisation d’espaces collectifs
-  Réaménagement d’espaces publics
-  Réhabilitation des écoles et du collège Marc Seguin
-  Aménagement d’équipements sportifs
-  Rénovation de l’éclairage public
-  Construction d’une mairie annexe
-  Redynamisation de la ZFU

La programmation 2006 engagerait la Ville à hauteur de : 3719 000 Euros.

 Quartier Crêt de Roc :  

Le projet urbain vise à faire du Crêt de Roc un quartier résidentiel en développant un habitat de qualité, le stationnement résidentiel et à recomposer les espaces publics.

-  Réhabilitation lourde de plusieurs îlots (OTHA)
-  Acquisition/amélioration de 39 logements PLUS CD
-  Construction de 42 logements PLUS CD
-  Mise en place d’OPAH de rénovation urbaine
-  Résidentialisation et réhabilitation du Foyer Clairvivre
-  Requalification d’espaces publics
-  Restructuration de l’école Frères Chappe

La programmation 2006 engagerait la Ville à hauteur de : 958 000 Euros.

 Quartier Tarentaize-Beaubrun-Séverine :  

Le projet urbain vise à améliorer la qualité résidentielle du quartier, développer les échanges à partir de l’entrée ouest de la Ville, redonner un statut lisible aux espaces publics et conforter les équipements majeurs.

-  Mise en place d’OTHA sur plusieurs îlots
-  Mise en place d’OPAH
-  Réhabilitation de logements sociaux (73)
-  Acquisition/amélioration de 10 logements PLUS CD
-  Construction de 14 logements PLUS CD
-  Création de 11 logements PLAI pour relogement
-  Sédentarisation des gens du voyage
-  Démolition Cité Séverine et implantation d’une caserne
-  Aménagement d’espaces publics
-  Aménagement du site Couriot
-  Construction d’une Maison de l’Emploi
-  Réhabilitation écoles
-  Regroupement de services municipaux sur le site

La programmation 2006 engagerait la Ville à hauteur de : 876 000 Euros

 B) Le soutien du tissu associatif 

De plus, la Ville de St-Etienne apporte son soutien :
-  au financement des associations des 10 quartiers
-  à la mise en place de 2 équipes emploi - insertion
-  au soutien aux structures d’insertion
-  à la volonté de redynamiser et développer la ZFU.

Enfin, en vue de construire un vrai projet social en accompagnement du projet urbain, une démarche de Projets Sociaux de Territoire a été lancée. Les premières actions seront mises en oeuvre dès 2006 sur Montreynaud et Tarentaize-Beaubrun-Séverine, et, dès 2007, sur Crêt de Roc et Sud-Est.

L’ambition des projets et l’importance des investissements ne sont plus à rappeler.
C’est la première fois, il faut le rappeler, que l’Etat et les collectivités territoriales dégagent des moyens financiers permettant de faire des zones stigmatisées des quartiers à part entière.

En 2006, le grand projet urbain et économique de St-Etienne 2015 sera, quant à lui, dans une phase de constitution de l’établissement public et de démarrage de quelques études.

Dans le même temps où la Ville développe de nouvelles infrastructures et de nouveaux équipements, elle n’oublie pas son patrimoine et poursuivra sa rationnalisation et sa réhabilitation tant dans les domaines scolaire, sportif que culturel.

Le budget 2006 sera à l’image de la Ville : ambitieux et volontaire mais dans le respect des équilibres et des objectifs financiers que nous nous sommes donnés.

Le Conseil Municipal voudra bien présenter ses observations sur les orientations budgétaires qui lui sont soumises et au titre de l’article 4 de la loi du 1er août 2003."




Dans la même rubrique :
Ouvrir une vraie discussion sur l’utilisation de l’argent.
Pour une intervention citoyenne dans la construction du budget de la ville de St-Etienne
On se répète : un mauvais budget, parce que construit sans les stéphanois
Le maire affirme que les moyens existent pour que les personnes sans logement aient un hébergement d’urgence...
A quoi peut et doit servir un CCAS ?
La révolte des jeunes au conseil municipal de st-étienne
Travailler en partenariat avec les associations de solidarité et les autres acteurs de la politique sociale
Un voeu pour faire passer la pilule
Pour des cantines scolaires sans pesticides et sans OGM
Pour une appropriation citoyenne du budget de St-Etienne




Proposer un article | Nous contacter | Plan du site | Admin | Accueil